Le tabac provoque 9500 décès par an

Dans les pays industriels occidentaux, le tabagisme constitue le plus grand risque évitable pour la santé. En Suisse, 9500 personnes meurent chaque année des suites de la consommation de tabac. Les coûts supportés par la collectivité se chiffrent par milliards.  

Ne pas fumer, c'est avoir les mains libres pour d'autres activités.
Ne pas fumer, c'est avoir les mains libres pour d'autres activités.

En Suisse, le tabac provoque chaque année 9500 décès prématurés. Autrement dit, 25 décès par jour. Les quelque 2 millions de fumeurs font du tabagisme l’un des principaux problèmes de santé publique en Suisse.

La Suisse n’est cependant pas seule. Au niveau mondial, le tabac constitue le principal facteur de risque de maladies non transmissibles et pèse considérablement sur la charge de morbidité mondiale. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu qu’il était urgent d’agir. La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, adoptée en 2003 par l’Assemblé mondiale de la santé, est entrée en vigueur en 2005. Elle vise à créer à l’échelle internationale les conditions nécessaires pour prévenir efficacement le tabagisme.

Des coûts qui se chiffrent par milliards

Le tabagisme représente un enjeu pour la société suisse toute entière. Une partie de la population et des décideurs continuent de sous-estimer la dangerosité des produits du tabac pour la santé de ceux qui les consomment et d’autrui (tabagisme passif).

La consommation de tabac est à l’origine de nombreuses maladies non transmissibles et pèse considérablement sur la santé publique et l’économie nationale. En Suisse, les coûts liés aux traitements médicaux de ces maladies s’élèvent à 1,7 milliard de francs par an. Bien que ces coûts découlent principalement des prestations médicales, les médicaments et les séjours à l’hôpital engendrent aussi des frais.

À cela s’ajoute un manque à gagner de 3,9 milliards de francs par an dû aux incapacités de travail de courte ou de longue durée des fumeurs qui tombent malades. Les problèmes de santé n’ont pas seulement un impact sur l’économie, mais touchent aussi les familles et les proches des fumeurs.

De nombreuses maladies graves

D’innombrables études ont prouvé la nocivité du tabagisme pour la santé. La moitié des fumeurs réguliers meurent prématurément, et la moitié de ces décès prématurés surviennent avant les 70 ans. L’espérance de vie d’un fumeur régulier est en moyenne inférieure de quatorze ans à celle d’un non-fumeur.

Les maladies cardio-vasculaires, responsables de 39 % des décès dus au tabagisme, constituent la première cause de mortalité chez les fumeurs. Le cancer du poumon suit avec 28 % des décès, alors que les maladies des voies respiratoires et les autres types de cancer y contribuent à raison de 15 % et 14 %.

La Confédération et ses partenaires ont élaboré la Stratégie nationale Prévention des maladies non transmissibles et la Stratégie nationale Addictions dans le but de lutter contre la propagation de ces maladies. Ces stratégies cherchent à rendre la population attentive aux comportements individuels et à lui montrer comment adopter un mode de vie bon pour la santé. En parallèle, c’est tout le cadre sociétal qui sera amélioré.

Prévention : les mesures de la Confédération

Sur mandat du Conseil fédéral, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) mène une politique nationale de prévention du tabagisme. L’objectif prioritaire est de réduire davantage le nombre de cas de maladie et de décès dus au tabagisme en Suisse. Voici ses principales tâches :

Sur mandat du Conseil fédéral, l’OFSP a élaboré un projet de loi sur les produits du tabac, qui fait actuellement l'objet de délibérations parlementaires.

  • Sur mandat du Conseil fédéral, l’OFSP a élaboré un projet de loi sur les produits du tabac. Le Parlement a renvoyé le projet au Conseil fédéral afin qu'il soit modifié. La version remaniée devrait être transmise au Parlement en 2018.
  • L’OFSP a lancé la campagne SmokeFree, en collaboration avec des partenaires de la prévention.
  • Grâce à des projets de recherche (monitorage et études sur la consommation de tabac), l’OFSP pose les bases scientifiques indispensables pour planifier des mesures efficaces.
  • L’OFSP coordonne les activités de prévention en Suisse et crée avec la plateforme des partenaires pour la prévention du tabagisme des possibilités d’échanges entre les acteurs nationaux.
  • L’OFSP participe à des conférences internationales sur la politique en matière de tabagisme et observe l’évolution de la politique internationale à cet égard.

La Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (CFPT) et le Fonds de prévention du tabagisme (FPT) sont deux organes de la politique fédérale de prévention du tabagisme.

Informations complémentaires

Faits & chiffres: tabac

Le tabagisme compte parmi les plus grands problèmes de santé publique. En effet, le tabac est la première cause de diminution de la qualité de vie et d’années de vie perdues, et constitue le principal facteur de risque de maladies chroniques non transmissibles, telles que le cancer ou les maladies cardio-vasculaires.

Promotion de la santé pour les migrants

Outils pour des projets, une communication et des campagnes adaptés aux besoins des migrants, et initiatives cantonales en la matière.

migesplus: informations sanitaires pour les migrants

L'OFSP soutient le centre de compétences migesplus.ch. Ce dernier diffuse des informations sur la santé dans les langues de la population migrante vivant en Suisse.

Dernière modification 21.03.2017

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
CH - 3003 Berne

Tél.
+41 58 463 88 24

E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/themen/mensch-gesundheit/sucht/tabak.html