«L'union fait la force» – Newsletter Addictions no. 6 - août 2019

Newsletter Stratégie Nationale Addictions

Chère lectrice, cher lecteur,

De par mon ancienne activité de travailleuse sociale, j’ai l’habitude de m’asseoir autour d’une table avec de nombreux protagonistes. Dans le domaine de l’aide en cas d’addiction, il est établi qu’on ne peut soutenir les personnes concernées et leur entourage qu’en travaillant de manière interdisciplinaire. De la même façon qu’un cas d’addiction n’est jamais l’affaire soit uniquement du social, soit uniquement de la médecine, soit uniquement de la justice, la mise en œuvre d’une stratégie nationale n’est jamais l’affaire d’un seul office ou d’une seule institution. Les projets d’aide et de prévention en matière d’addiction, et plus largement les idées qui sous-tendent la politique des addictions, n’aboutissent en effet que lorsque les bonnes personnes se réunissent autour d’une table pour apporter leur expérience et leur expertise. La coopération et la mise en réseau sont ainsi des axes majeurs de la Stratégie nationale Addictions.

Mener à bien les multiples tâches de coordination et défis liés à la mise en œuvre de la Stratégie Addictions, dans cet esprit interdisciplinaire, me passionne chaque jour autant. Le regard des autres a en effet ce pouvoir unique de nous éclairer sur la complexité de notre travail. Celui de Fedpol sera d’ailleurs bientôt apporté par Sandro Gennari (cf. interview).

Pour atteindre les objectifs de la Stratégie Addictions, il est important d’assurer une coopération transversale et une mise en réseau à tous les niveaux. Vous trouverez dans la rubrique « Sur le terrain » de bons exemples de la façon dont on peut y parvenir, notamment en ce qui concerne notre thème principal de l’année, « vieillir en bonne santé ».

Je vous souhaite une bonne fin d’été, sous le signe de l’interdisciplinarité : même au quotidien, changer de regard vaut toujours la peine.

Mirjam Weber

 

 

Avec mes salutations les meilleures,

Mirjam Weber
Responsable suppléante de la section Stratégies de prévention
Responsable de la Stratégie nationale Addictions

Liste des thèmes

Mise en oeuvre des mesures

Août 2019 – La politique des addictions est un secteur en constante évolution, sans cesse confronté à de nouveaux défis comme le changement des schémas comportementaux et des tendances de consommation.

La vue d’ensemble ci-après donne un aperçu de l’état d’avancement des activités qui contribuent à la mise en œuvre de la Stratégie nationale Addictions.

Nouveau représentant de Fedpol au sein d’organisations consacrées aux addictions

Portrait Gennari

 

Depuis juin 2019, Sandro Gennari représente Fedpol dans des organisations de lutte contre les addictions telles que le GTID Drogues et le groupe de travail CoP. Policier et juriste, il apporte non seulement son expérience du terrain, mais aussi ses aptitudes stratégiques.

Vous êtes analyste stratégique à l’Office fédéral de la police (Fedpol). En quoi consiste votre travail ?

Dans le contexte de la police, nous nous basons sur le modèle américain, qui distingue l’intelligence stratégique (strategic intelligence) de l’intelligence opérationnelle (operational intelligence). Cette dernière consiste à rassembler des informations servant avant tout à poursuivre l’auteur du délit. Leur objectif commun est d’établir des rapports de situation et des bases décisionnelles destinées à la gestion et à la politique. Nous ne nous concentrons pas seulement sur les événements présents, mais aussi sur l’avenir, de sorte à éviter des surprises désagréables. En tant qu’analyste stratégique chez Fedpol, je contribue d’une part au traitement des interventions parlementaires. D’autre part, je travaille dans le domaine de la criminalité liée aux stupéfiants, selon l’approche de l’intelligence stratégique.

Que faisiez-vous auparavant ? Qu’est-ce qui vous a amené à travailler pour Fedpol ?

Je suis fasciné par le domaine de la poursuite pénale et de la sécurité. Le côté tactique, pratique et manuel m’intéresse tout autant que les disciplines universitaires correspondantes. Avant Fedpol, mon travail de policier et mes études de droit m’ont permis de me consacrer à ces intérêts variés.

Dans le domaine des drogues et des addictions, quels aspects sont importants à vos yeux ?

Le commerce de stupéfiants illégaux est une affaire extrêmement lucrative pour les organisations criminelles. Il est probable que les réseaux terroristes financent aussi leurs activités de cette manière. Pour la police, il est important de tenir compte de cette situation de façon adéquate. La poursuite des acteurs influents est un facteur important, notamment pour la sécurité nationale.

Au niveau des consommateurs, une approche exclusivement répressive ne mène à rien. Selon moi, il est primordial de rechercher les causes des addictions et de l’abus de substances, qui sont de natures biopsychique et sociale. Pour agir à ce niveau, il est nécessaire de travailler en réseau et de manière interdisciplinaire, ce qui est rendu possible par le plan de mesures relatif à la Stratégie nationale Addictions. Dans le domaine des drogues, l’équilibre entre répression et prévention est délicat. Pour cette raison, j’estime que le dialogue, la compréhension mutuelle et la collaboration des différents représentants sont bénéfiques. J’ai vécu un bon exemple d’une telle coopération à Berne, où l’unité spéciale de la police cantonale « Krokus », qui lutte contre la criminalité liée aux stupéfiants, est en contact régulier avec le centre d’accueil de la Hodlerstrasse.

Dans le cadre de mon travail de policier, j’ai pu observer ce que l’addiction fait aux êtres humains et les effets dévastateurs de certaines substances. Le potentiel de souffrance est énorme, et j’espère qu’en collaborant, nous parviendrons à améliorer cette situation.

Que faites-vous en dehors de votre travail administratif et policier ?

Durant mon temps libre, je pratique la musculation et les sports de combat, ainsi que des activités créatives comme la photographie, la retouche d’images et la cuisine. Par ailleurs, je me consacre à mon intérêt pour le côté manuel du domaine de la sécurité en participant aux entraînements d’un club de tir de défense et de secourisme tactique. J’entretiens mes relations sociales, et je me détends en lisant, en faisant du parapente ou en regardant des séries et des films. « Narcos », sur Netflix, est d’ailleurs une excellente série.


Manuel en ligne de la médecine de l’addiction

La plateforme Praticien Addiction Suisse soutient les professionnels des soins de base dans leur travail auprès des personnes souffrant d’addiction. L’évaluation publiée en début d’année confirme sa grande utilité pour les médecins de famille ou encore les pharmaciens.

www.praticien-addiction.ch

Rapport d’évaluation Praticien Addiction Suisse


Usage problématique de médicaments psychoactifs : nouvel état des lieux

L’état des lieux sur l’usage problématique de médicaments psychoactifs traite des comportements à risque liés à l’utilisation de ces médicaments et de la pharmacodépendance.

Parmi les principaux médicaments psychoactifs pouvant entraîner une dépendance, on trouve

  • les analgésiques et antitussifs opioïdes, ainsi que
  • les somnifères et les tranquillisants (p. ex., la benzodiazépine).

L’état des lieux vise à analyser la situation prévalant actuellement en Suisse et à en dégager les actions éventuellement nécessaires. L’analyse de la littérature et les interviews d’experts réalisées pour son élaboration font ressortir que deux domaines posent plus particulièrement problème :

  • La consommation de somnifères et de tranquillisants chez les personnes de 60 ans et plus : Les personnes âgées recourent relativement souvent à ce type de médicaments. Or même à faibles doses, et pour peu que la durée de prise excède deux semaines, ces derniers peuvent entraîner une dépendance, justement dite « à faible dose », et provoquer en cas d’arrêt l’apparition d’un syndrome de sevrage.
  • La consommation d’analgésiques opioïdes chez les patients souffrant de douleurs chroniques : Entre 2006 et 2013, la consommation d’opioïdes forts a plus que doublé. Or 80 % de ces substances sont utilisées pour traiter des douleurs chroniques, non associées au cancer. Ceci alors même que l’on ne sait pas avec précision dans quelle mesure elles sont réellement capables d’améliorer le contrôle de ce type de douleurs.

Consulter l’état des lieux de l’usage problématique de médicaments psychoactifs


Nouvelles dates pour la soumission de projet au Fonds de prévention des problèmes liés à l’alcool

Avec la Stratégie nationale pour la prévention des maladies non transmissibles (MNT), Promotion Santé Suisse, le Fonds de prévention du tabagisme, l'Office fédéral de la santé publique et la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé se sont fixé pour objectif d'harmoniser autant que possible les procédures de dépôt et d'attribution des fonds. Une étape importante consiste à harmoniser les délais de soumission des demandes.

En conséquence, dès 2020, il y aura deux dates limites pour soumettre des demandes de financement pour des projets de prévention en matière d’alcool (Fonds de prévention alcool, financement selon l'art. 43a de la Loi sur l'alcool) :

  • 28.2.2020 : délai de soumission pour les petits projets ;
  • 31.8.2020 : délai de soumission pour les projets standard et les petits projets.

Lien vers le site du Fonds de prévention des problèmes liés à l’alcool

Exemples concrets

Août 2019 – Cette année, nous souhaitons présenter des exemples concrets de projets de prévention et de promotion de la santé visant à renforcer la santé des personnes âgées.


Case management axé sur les personnes âgées: une coopération de la division Addiction du Département de la santé de Bâle-Ville et de l’organisation d’aide et de soins à domicile (Spitex) de Bâle

La division Addiction du Département de la santé de Bâle-Ville possède une équipe de sept personnes spécialisées dans le case management, à savoir la gestion de cas collaborative. Cette équipe soutient les personnes ayant des problèmes d’addiction et confrontées à des situations difficiles et complexes. Elle assure un rôle de conseil, de coordination et d’assistance auprès des personnes souffrant de dépendance, afin que celles-ci reçoivent une aide adaptée, et la plus efficace possible, de la part des différents services spécialisés et établissements stationnaires. À cette fin, ses membres travaillent tous en étroite collaboration avec les professionnels des institutions, et conduisent régulièrement avec eux des entretiens de bilan ainsi que des réunions d’intervenants, en présence des personnes concernées.

Pour que les gestionnaires de cas puissent également mieux soutenir les personnes âgées souffrant d’addiction, une étroite coopération a été mise en place avec Spitex Bâle. Car s’il est un domaine où communiquer de manière régulière et exhaustive est fondamental, c’est bien celui de la gestion de cas collaborative.

Case management axé sur les personnes âgées (en allemand)

Pour tout complément d’information, le responsable de l’équipe spécialisée Case Management, Lars Golly, se tient volontiers à votre disposition (061 267 89 12 ou lars.golly@bs.ch).


Hospice Le Pré-aux-Boeufs

L'hospice Le Pré-aux-Bœufs à Sonvilier BE se définit en tant que foyer et lieu d'occupation pour une centaine de personnes souffrant de problèmes socio-psychologiques et de dépen­dances chroniques qui ne peuvent réagir aux mesures d'intégration conventionnelles ou aux interventions thérapeutiques que dans une mesure limitée.

L’hospice accueille des personnes germanophones et francophones qui peuvent se déplacer li­brement. L’offre proposée est à bas seuil et à but non thérapeutique. La con­sommation d’alcool se fait sous forme contrôlée. De ce fait l’abstinence n’est pas demandée. Les résidentes et les résidents sont souvent affectés de multiples diagnostics psychiatriques chroniques.

L’institution offre des activités et des occupations diversifiées sans obligation. Les objectifs suivis de la structure quotidienne minimale réglée sont une diminution des risques (par exemple la stabilisation de la consommation d’alcool à un niveau relativement bas) et une vie décente malgré la dépendance et les problèmes psychiques permanentes.

Par ailleurs, les personnes âgées souffrant de problèmes socio-psychologiques et de dépen­dances d’addiction chroniques n’ont pas toujours la possibilité d’être correctement pris en charge dans un EMS ordinaire.

Dans une approche de diminution des risques, « Le Pré-aux-bœufs » intègre aussi les personnes âgées souffrant d’une addiction au quotidien dans l’institution.

Site web de l’hospice Le Pré-aux-Boeufs

 

Faites connaître votre projet !

Menez-vous ou connaissez-vous des projets innovants en lien avec la promotion de la santé et les mesures de prévention destinées aux seniors ? Alors n’hésitez pas à écrire à praeventionsstrategien@bag.admin.ch afin qu’ils soient présentés dans la prochaine newsletter.

Savoir

Août 2019 - Cette rubrique vous informe sur les études importantes réalisées ou d’autres connaissances intéressantes.

Le nombre d’hospitalisations dues à l’alcool reste constant

En 2016, les hôpitaux suisses ont pris en charge plus de 22 000 personnes en stationnaire pour une intoxication alcoolique ou une dépendance à l’alcool. Plus de 1000 patients hospitalisés suite à une consommation excessive étaient des adolescents ou des jeunes adultes âgés de 10 à 23 ans. Toutefois, les jeunes ne sont donc de loin pas les seuls à être touchés par ce problème.

 
 

De nouveaux indicateurs relatifs à la Stratégie Addictions dans le système de monitorage MonAM

Depuis le mois de juin, le système de monitorage MonAM permet d’accéder à de nouveaux indicateurs relatifs à la Stratégie Addictions, portant par exemple sur les réglementations cantonales concernant l’alcool et le tabac, les infractions à la Loi sur les stupéfiants (trafic), la consommation de drogue par voie intraveineuse ou encore le nombre de personnes exclues des jeux.

www.monam.ch

politique

Août 2019 - Retrouvez dans cette rubrique des informations sur deux arrêts du Tribunal fédéral, les dernières interventions parlementaires et d’autres objets importants de la session d’été.

Levée de l’interdiction de vente du snus

Le snus peut désormais être commercialisé en Suisse. La levée de son interdiction de vente découle d’un jugement du Tribunal fédéral du 27 mai 2019, qui a été rendu public le 11 juin 2019.

Avec cette décision, la légalisation de la vente du snus intervient plus vite que prévu. Celle-ci était déjà prévue par le projet de Loi sur les produits du tabac, qui est actuellement débattu au Parlement fédéral et qui devrait entrer en vigueur en 2022.

Dans son jugement, le Tribunal fédéral estime que l’article 5 de l’ordonnance sur les produits du tabac n’est pas applicable. Cet article interdit la vente du snus – aussi appelé « produits du tabac destinés à un usage oral » en termes juridiques.

La vente du snus avait été interdite en 1995 pour des raisons de santé publique, comme dans l’Union européenne, où elle continue de l’être. Il s’agissait à l’époque d’éviter qu’un nouveau produit du tabac, alors inconnu en Suisse, n’arrive sur le marché et ne rende de nouveaux consommateurs dépendants.

Le jugement du Tribunal fédéral ne change rien à l’appréciation de l’OFSP concernant les risques pour la santé. Le snus rend rapidement dépendant, augmente le risque de cancer de l’œsophage et accroît le risque de maladies cardiovasculaires.


Modification de la Loi sur les médicaments à base de cannabis

Le Conseil fédéral entend modifier la loi afin de faciliter l’accès aux médicaments à base de cannabis. La procédure de consultation est ouverte du 26 juin au 17 octobre 2019.

Médicaments à base de cannabis : modification de la loi


Article relatif aux essais pilotes en discussion au sein de la CSSS-N

Le 5 juillet, la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) a entamé l’examen du projet prévoyant la création d’une base légale autorisant les essais pilotes impliquant du cannabis. Elle s’est prononcée pour un durcissement de la proposition du Conseil fédéral. En outre, elle demande à l’administration un rapport sur la protection de la jeunesse dans le domaine de la consommation de cannabis.

En savoir plus


Arrêt du Tribunal fédéral : l’addiction peut justifier le versement d’une rente AI

Le Tribunal fédéral a modifié sa jurisprudence concernant l’évaluation du droit à une rente d’invalidité en cas d’addiction. Désormais, il faudra déterminer si la dépendance aux substances addictives influe sur la capacité de travail.

Vers le communiqué de presse du Tribunal fédéral


Pas de sponsor de l’industrie du tabac pour la Suisse à l’Expo 2020

Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis a décidé que le groupe cigarettier Philip Morris ne serait finalement pas un des deux sponsors principaux du Pavillon Suisse à l’Expo 2020 de Dubaï.

Consulter le communiqué de presse


La CSSS-E favorable à de nouvelles interdictions de publicité pour les cigarettes

La publicité pour les cigarettes doit être interdite dans la presse et sur internet. Telle est la volonté de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des États (CSSS-E), qui tente de trouver un accord sur le sujet.

Vers le communiqué de presse


Nouvelles interpellations de la session d’été 2019

Tabac

Ip. Dobler. Le Conseil fédéral peut-il imaginer refondre le système d’imposition et de subventionnement de la culture du tabac?
Curia vista

Cannabis

Q. Molina. Renforcer l’AVS en instaurant un impôt sur le cannabis
Curia vista

Enfants et adolescents

Mo. Noser. Créer un bureau de médiation pour les droits de l'enfant
Curia vista

Po. Wüthrich. Conférence nationale sur l’encouragement précoce des enfants
Curia vista

Divers MNT / Addictions

Ip. Fehlmann Rielle. Concordat intercantonal sur les jeux d'argent: quelle surveillance de la Confédération?
Curia vista

 
Agenda / Manifestations

Août 2019 – Retrouvez dans cette rubrique les rendez-vous à ne pas manquer ces prochains mois.

Conférence sur l’équité dans le domaine des soins

Le 15 octobre 2019, l’OFSP organise, au centre Welle7 à Berne, une conférence consacrée à l’égalité des chances dans le domaine des soins de santé.

En savoir plus et s’inscrire

Académie des dépendances : « Human enhancement » – quel rapport avec l’addiction ?

La Coordination politique des addictions (NAS-CPA) tiendra les 19 et 20 septembre prochains, sur le Monte Verità à Ascona, l’Académie des dépendances 2019. Pour cette édition, la plateforme propose d’interroger notre rapport à l’addiction dans le monde de l’homme augmenté.

Accéder au site internet et s’inscrire

Forum SELF

Le 29 octobre 2019 aura lieu, au Campus Liebefeld à Berne, le forum SELF. SELF est la plateforme de promotion de l’autogestion lors de maladies chroniques et d’addictions. Elle est placée sous la responsabilité de l’OFSP.

Consulter le programme et s’inscrire

Forum sur l’addiction de Lucerne : première édition consacrée aux personnes âgées

Le canton de Lucerne organise le 7 novembre, à Lucerne, un forum où il sera question de réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, à la limite entre plaisir, usages nocifs et dépendance chez les personnes âgées.

En savoir plus

Séminaire de l’AT 2019

Le séminaire de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme aura lieu le jeudi 28 novembre 2019 à l’hôtel Kreuz de Berne.

Dernière modification 27.08.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/strategie-und-politik/nationale-gesundheitsstrategien/strategie-sucht/newsletter-sucht/gesamtansichten-newsletter-sucht/gesamtansicht-newsletter-sucht-6-2019.html