Stratégie Antibiorésistance dans le domaine humain

Les antibiotiques sont des médicaments contre les infections bactériennes qui sauvent des vies. Cependant, des résistances les rendent de moins en moins efficaces. C’est pourquoi la Stratégie Antibiorésistance (StAR) et ses nombreuses mesures sont mises en œuvre depuis 2015.

Star-M Logo

L’importance des antibiotiques

Depuis la découverte des antibiotiques et leur utilisation dans les années 1940, de nombreuses maladies bactériennes, qui auparavant altéraient fortement la vie des êtres humains et étaient souvent fatales, sont devenues curables. Encore au milieu du XXe siècle, des épidémies (voir la rubrique « Informations complémentaires » ci-dessous) ont sévi et ont fait de nombreuses victimes. Non seulement les infections pulmonaires bactériennes et les méningites, mais également les infections dentaires banales pouvaient avoir des conséquences fatales. Dans la médecine moderne, outre le traitement des infections sévères, les antibiotiques ont aussi un rôle clé dans la prévention des infections, par exemple lors d’opérations chirurgicales.

La problématique de l’antibiorésistance chez l’humain

La résistance des pathogènes bactériens aux antibiotiques augmente à travers le monde. Les infections provoquées par des entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu ou de carbapénèmases et les entérocoques résistants à la vancomycine sont de plus en plus difficiles à traiter. Dans le contexte clinique, cela signifie que l’efficacité des traitements existants diminue, avec comme conséquence une augmentation des maladies graves et des décès.

Les raisons de l’augmentation de l’antibiorésistance

Ces dernières décennies, la vitesse de développement et de propagation des résistances a augmenté. Aujourd’hui, les micro-organismes développent de plus en plus de résistances non seulement contre des classes d’antibiotiques isolées, mais aussi contre plusieurs classes d’antibiotiques (« multirésistance »). Le principal facteur contribuant à ce phénomène est l’utilisation fréquente et inappropriée de ces médicaments. En outre, la mondialisation et les déplacements qu’elle implique sont responsables d’une propagation des résistances à l’échelle mondiale, une problématique dont l’urgence a été reconnue par la sphère politique au niveau international.


Causes et voies de transmission des bactéries résistantes aux antibiotiques

One-health Infografik One-health Infografik
Le graphique entier s'affiche. Cliquez sur le graphique pour parcourir les différents points.
1 Au niveau des établissements de santé, les bactéries résistantes peuvent se transmettre par contact entre les patients, entre ces derniers et leurs visiteurs, par le personnel soignant, ou encore par l’intermédiaire de surfaces et de dispositifs médicaux ayant été contaminés (lors d’une intervention).
2 Les bactéries résistantes qui apparaissent après un traitement antibiotique peuvent être transmises d'une personne à un animal, ou vice-versa.
3 Les bactéries résistantes peuvent également infecter la viande crue pendant l'abattage et provoquer des infections alimentaires. Elles peuvent aussi contaminer les produits laitiers, les œufs, le poisson et les fruits de mer, ainsi que les légumes et les fruits.
4 Le tourisme et les importations alimentaires constituent la voie la plus rapide de dissémination des souches de bactéries résistantes à travers les frontières nationales.
5 Les bactéries résistantes peuvent atteindre les rivières, les lacs et les réserves d’eau souterraines, bien que les stations d'épuration des eaux usées en éliminent 99% avant d'atteindre les eaux publiques.
6 L’épandage d’engrais animal (fumier) dans des champs cultivés peut aussi mener à la dissémination de bactéries résistantes qui peuvent se multiplier sur les plantes, s’infiltrer dans les eaux souterraines ou ruisseler vers les rivières et les lacs.

Stratégie suisse de lutte contre l’antibiorésistance dans le domaine humain

La stratégie nationale StAR a été adoptée par le Conseil fédéral en novembre 2015, avec comme but de préserver durablement l’efficacité des antibiotiques pour la santé des humains et des animaux ; de nombreuses mesures ont été introduites. Sa mise en œuvre suit une approche « One Health » et prévoit une large implication d’acteurs et de parties prenantes. Un aperçu de toutes les mesures prévues et appliquées dans le domaine humain est disponible à la page 22 de la stratégie mesures dans le domaine humain (PDF, 233 kB, 15.06.2022) ainsi que dans les rubriques du présent site consacrées aux différents champs d’action de la stratégie.

Priorités de la mise en œuvre de mesures dans le domaine humain

Des comités d’experts ont été constitués pour la mise en œuvre dans le domaine humain. Ils conseillent l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur les aspects stratégiques et techniques. Les priorités sont l’amélioration de la surveillance globale (en partenariat avec anresis.ch) ainsi que la mise en place et l’exploitation du laboratoire de référence pour les formes de résistance émergentes (NARA). Pour le milieu ambulatoire, des directives relatives à la prescription des antibiotiques ont été élaborées, de même que des aides à la décision concernant la remise d’antibiotiques par les cabinets médicaux et la formation continue dans le domaine des cercles de qualité. Les hôpitaux reçoivent un soutien pour introduire des programmes d’utilisation rationnelle des antibiotiques, et des directives en matière de prévention et de contrôle des flambées d’infections impliquant des bactéries multirésistantes ont été édictées. De plus, différents matériels d’information et une campagne nationale visent à sensibiliser les professionnels de la santé, les patients et la population au problème de l’antibiorésistance et à l’utilisation appropriée des antibiotiques.

Législation

Législation Maladies transmissibles – Loi sur les épidémies (LEp)

La loi sur les épidémies vise à garantir la détection précoce, la surveillance, la prévention et l’enraiement des maladies non transmissibles. Elle contribue à améliorer la gestion des flambées qui représentent un danger important.

Informations complémentaires

Entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC)

Les bactéries dont le développement de résistances aux antibiotiques constitue une menace de santé publique avérée ou potentielle sont étroitement surveillées.

Antibiorésistance

Vous trouverez ici des informations essentielles concernant les antibiotiques et l’antibiorésistance.

Stratégie nationale de vaccination (SNV)

La Confédération, avec l’aide des cantons et autres acteurs, a élaboré une stratégie nationale de vaccination (SNV) visant à garantir une protection suffisante de la population contre les maladies évitables par la vaccination.

Flambées et épidémies passées

Retour vers le passé : Quelles sont les épidémies transfrontalières qui ont menacé la Suisse ? Quelles étaient les flambées importantes en Suisse ? Vous trouverez ici des documents historiques concernant certaines de ces maladies.

Stratégie NOSO : réduire les infections associées aux soins

Grâce à la stratégie NOSO, la Confédération entend protéger davantage la population contre les infections associées aux soins, en collaboration avec ses partenaires. Les mesures appliquées et prévues sont citées ici.

Dernière modification 20.11.2023

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Maladies transmissibles
Section Stratégies, principes et programmes
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 87 06
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/strategie-und-politik/nationale-gesundheitsstrategien/strategie-antibiotikaresistenzen-schweiz.html