Transmission électronique des données des laboratoires à SOAS

Depuis février 2019, les données des laboratoires peuvent être transmises par voie électronique au logiciel suisse d’attribution des organes, ce qui permet d’améliorer la qualité et l’efficience.

Avant de pouvoir transplanter un organe, il faut procéder à de nombreuses analyses. Le groupe sanguin et les caractéristiques tissulaires du donneur correspondent-ils à ceux d’un patient de la liste d’attente ? Existe-t-il un risque de rejet ou de transmission de maladies ? C’est en tenant compte de plusieurs centaines de données de laboratoire que le système d’attribution SOAS détermine les receveurs possibles (détails sous Logiciel SOAS : attribution d’organes conforme à la loi). Depuis fin 2019, il est techniquement possible de transmettre des résultats à SOAS par voie électronique. L’OFSP et l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) ont créé conjointement une interface à cet effet, que l’USZ utilise déjà avec succès. À l’avenir, les hôpitaux intéressés devraient pouvoir faire de même.

Amélioration de la qualité des données et de l’efficience

La transmission électronique permet d’exclure les erreurs liées à la saisie manuelle (transmission sans faille). Cette méthode améliore non seulement la qualité de l’information, mais aussi l’efficience. La saisie requiert moins de ressources ; de plus, les données sont disponibles plus rapidement et sont complétées par des informations qui facilitent leur interprétation.

Transmission standardisée et sécurisée des données

Toutes les informations sont chiffrées et transmises de façon sécurisée (certificats, SSL), ce qui garantit le respect des exigences élevées en matière de sécurité et de protection des données. La transmission s’effectue conformément à des spécifications standardisées au niveau international, qui permettent la communication entre les différents systèmes médicaux (interopérabilité).

Promouvoir la numérisation

Ce mode standardisé de transmission des données dans le domaine de la transplantation est une première mondiale. Il s’est inscrit dans la volonté du Conseil fédéral de promouvoir la numérisation dans le domaine de la santé et d’améliorer ainsi la sécurité et l’efficacité (à ce sujet, voir le communiqué de presse du Conseil fédéral du 14.12.2018). La mise en place de ce système a représenté un travail conséquent : d’une part, les exigences envers SOAS en matière de protection et de sécurité des données sont très élevées, et d’autre part, les laboratoires n’utilisent pas tous des appareils, méthodes et valeurs de référence identiques.

Législation

Législation Médecine de la transplantation

La loi sur la transplantation crée la base légale nécessaire à la médecine de la transplantation en Suisse. Elle se fonde sur l’art. 119a de la Constitution fédérale et est complétée par six ordonnances d’exécution.

Weiterführende Themen

Attribution d’organes, de tissus et de cellules

Le Service national des attributions applique des critères clairs pour attri-buer les organes des donneurs décédés. La loi ne règle pas l'attribution des tissus et des cellules souches.

Logiciel SOAS : attribution des organes conforme à la loi

Les organes prélevés sont attribués à l’aide d’un logiciel, ce qui garantit que les critères définis par la loi sur la transplantation soient respectés.

Dernière modification 20.01.2020

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division biomédecine
Section transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/transplantieren-von-organen-geweben-Zellen/zuteilung-organe-gewebe-blut-stammzellen/elektronische-uebermittlung-von-labordaten-an-soas.html