Avant une transplantation

Les personnes ayant besoin d'un organe doivent être informées des risques et des chances de réussite d'une transplantation. Après avoir passé des examens médicaux approfondis, ils sont inscrits sur une liste d'attente jusqu'à ce qu'un organe approprié soit disponible.

C'est généralement au cabinet médical que l'on aborde pour la première fois la question d'une greffe d'organe. De là, le médecin traitant adresse la personne concernée à un centre de transplantation, où elle est soumise à des examens médicaux approfondis. Les résultats de ces examens permettront de déterminer si une transplantation est possible et judicieuse.

Entretien d'information

Au centre de transplantation, les examens commencent par un entretien qui permet à la personne concernée de décider si elle souhaite être transplantée. L'équipe médicale l'informe des chances de réussite de l'intervention ainsi que des complications possibles. Elle aborde également les conséquences médicales, sociales et psychologiques. En effet, les personnes transplantées doivent se soumettre à des examens de contrôle réguliers et prendre des médicaments à vie pour éviter les rejets. Comme ces médicaments inhibent l'activité du système immunitaire, il faut s'attendre à des effets secondaires. En outre, pour éviter les infections, les patients transplantés doivent avoir une hygiène irréprochable.

S'ils le souhaitent, ils peuvent solliciter un entretien avec un psychologue, car la stabilité psychique est un facteur important, aussi bien pendant l'attente d'un organe qu'après la transplantation.

Examens médicaux

Les examens médicaux préalables visent à s'assurer qu'aucun dysfonctionnement d'organe ou source d'infection ne risque de compromettre le succès de la transplantation. En outre, on détermine le groupe sanguin et le type de tissu. Plus les caractéristiques du transplant concordent avec celles du receveur, plus faible est le danger d'un rejet.

L'ampleur et la nature de ces examens dépendent de la maladie et de l'organe à transplanter. Le patient doit passer quelques jours à l'hôpital pour se soumettre aux contrôles nécessaires. La rencontre avec l'équipe médicale et le personnel hospitalier lui permet d’établir un lien de confiance avec l'équipe de transplantation.

Temps d’attente

Une fois les examens préalables terminés, l'équipe du centre de transplantation décide si la personne peut être inscrite sur la liste nationale d'attente, en se fondant exclusivement sur des critères médicaux. Si la décision est positive, les informations médicales du patient sont enregistrées dans le système SOAS (Swiss Organ Allocation System), un logiciel spécifique supportant la fondation Swisstransplant (le Service national des attributions) lors de l’attribution des organes. En raison du manque d'organes, les patients doivent parfois attendre longtemps. Le délai d'attente peut durer plusieurs années, comme il peut aussi bien dans certains cas se limiter à quelques jours. Il dépend des organes nécessaires, de l'état de santé du patient et de l'urgence de la transplantation.

Joignables jour et nuit

Les patients en attente d'une greffe s'engagent à rester le plus en forme possible et à manger sainement. Des contrôles médicaux réguliers permettent de suivre leur état de santé. S'ils développent une infection, le centre de transplantation doit être informé.

Les personnes en liste d'attente doivent être joignables jour et nuit. Certains centres remettent un pager (récepteur de message) à leurs patients, d'autres prennent contact avec eux par téléphone portable. Dès qu'un organe est disponible, le patient doit se rendre au centre de transplantation le plus vite possible, car la durée de conservation des organes prélevés est limitée.

Tissus et cellules souches du sang

Il n'existe pas de liste d’attente centralisée pour les transplantations de tissus et de cellules souches du sang. En cas de besoin, les tissus nécessaires peuvent dans bien des cas être obtenus à partir de banques de tissus car, contrairement aux organes, bon nombre d'entre eux peuvent être conservés un certain temps.

En cas de besoin de cellules souches du sang, on recherche les personnes qui se sont déjà prononcées pour un don lors de leur vivant. mise Afin de trouver des cellules compatibles, on effectue une recherche dans le réseau mondial de registres des donneurs potentiels. En Suisse, le registre des donneurs de cellules souches du sang est géré par l'organisation Swiss blood stem cells (Transfusion CRS Suisse).

Législation

Législation Médecine de la transplantation

La loi sur la transplantation crée la base légale nécessaire à la médecine de la transplantation en Suisse. Elle se fonde sur l’art. 119a de la Constitution fédérale et est complétée par six ordonnances d’exécution.

Dernière modification 20.08.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division biomédecine
Section transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/transplantieren-von-organen-geweben-Zellen/vor-der-transplantation.html