Le retour à la maison après une transplantation

Après une transplantation, les patients doivent réintégrer une vie normale et s'adapter aux nouvelles circonstances. Il est essentiel qu'ils prennent régulièrement leurs médicaments et se soumettent à des examens de contrôle. 

Après une transplantation, les patients sont hospitalisés de deux à quatre semaines en moyenne. Des contrôles rapprochés permettent d'affiner le dosage de médicaments (immunosuppresseurs), de déceler rapidement les éventuelles infections et réactions de rejet et, enfin, de veiller au bon fonctionnement de l’organe transplanté.

Retour à la vie quotidienne et professionnelle

Après l'hospitalisation, les patients se reconstruisent progressivement une nouvelle vie. Généralement, la fréquence des contrôles diminue, tout comme le nombre et la dose de médicaments. Les personnes concernées peuvent donc consacrer davantage de temps à d'autres aspects de la vie et, par exemple, retourner au travail.

Les centres de transplantation les aident à se réinsérer dans le quotidien en mettant à leur disposition les services d'un auxiliaire. Le médecin traitant est lui aussi associé au suivi postopératoire.

Prendre ses médicaments régulièrement

Les personnes transplantées doivent prendre des médicaments (immunosuppresseurs) à vie pour éviter toute réaction de rejet. Il est essentiel qu'elles prennent leurs médicaments régulièrement et conformément aux prescriptions du médecin. Ceci exige une grande discipline. L’oubli des médicaments ou le non-respect des dosages prescrits peut avoir des conséquences graves.

La prise d'immunosuppresseurs s'accompagne du risque plus élevé de contracter des infections, d'où l'importance d'une bonne hygiène, notamment au cours du premier semestre suivant l'intervention. Les médicaments peuvent aussi favoriser l'apparition de tumeurs ou de diabète, ou entraîner une hypertension artérielle. Pour pouvoir déceler à temps les effets secondaires, un bon suivi postopératoire est nécessaire.

S'adapter à sa nouvelle vie

En plus des médicaments ainsi que des contrôles et des mesures de précaution et à vie, les patients doivent se réadapter à la vie quotidienne. Les principaux aspects à retenir sont les suivants :

  • Alimentation : il est recommandé de veiller à avoir une alimentation saine et équilibrée. Cela permet de se maintenir en forme et de prévenir le surpoids. Il n'est pas nécessaire de suivre un régime diététique particulier ; certains aliments (le pamplemousse, p. ex.) peuvent toutefois avoir des effets indésirables.
  • Travail : la décision de reprendre ou non une activité professionnelle – et si oui, à quel moment – dépend du processus de guérison et du métier qu’exerce le patient.
  • Sexualité et désir d'enfant : d’un point de vue médical, rien ne s’oppose à la reprise d’une activité sexuelle normale après une transplantation. Les personnes transplantées peuvent envisager d'avoir un enfant. Les femmes devraient toutefois consulter un professionnel pour s'informer des risques liés à la grossesse.
  • Sport : la pratique modérée d’un sport est vivement recommandée. L’activité physique et les exercices de musculation contribuent à maintenir l’organisme en bonne santé.
  • Voyages et loisirs : les excursions et les vacances doivent être minutieusement planifiées et préparées. Les régions au climat tempéré ayant des structures médicales de qualité sont appropriées. Il faut emporter avec soi les médicaments, car ils ne sont pas disponibles immédiatement et partout. Hormis l'hygiène, une très bonne protection solaire est importante.
  • Animaux et autres sources d'infection : le risque d'infection étant très élevé dans les premiers mois qui suivent une transplantation, il faut éviter tout contact avec les animaux domestiques. Les personnes transplantées qui souhaitent avoir un animal devraient tout d'abord en parler avec leur médecin. En tout état de cause, les animaux doivent être régulièrement vaccinés, et il faut se laver les mains après les avoir caressés. La terre constitue également une source d'infection. Il faut toujours porter des gants pour les travaux de jardinage. De même, le port d'un masque de protection s'impose – dans un premier temps du moins – dans les lieux de grande affluence.

Informations complémentaires

Avant une transplantation

Les personnes ayant besoin d'un organe doivent être informées des risques et des chances de réussite d'une transplantation. Après avoir passé des examens médicaux approfondis, ils sont inscrits sur une liste d'attente jusqu'à ce qu'un organe approprié soit disponible.

Le déroulement d’une transplantation d’organes

Comment se déroule la transplantation d’un organe du point de vue du receveur ? L’exemple fictif suivant décrit le déroulement typique d’une transplantation en prenant le cas d’une greffe de cœur.

Dernière modification 17.08.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division biomédecine
Section transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/transplantieren-von-organen-geweben-Zellen/nach-einer-transplantation.html