Don d'organes et de tissus après le décès

Toute personne qui le souhaite peut faire un don d'organes et de tissus après son décès. Vous trouverez ici des informations utiles : les conditions à remplir, comment le décès doit être constaté à l'hôpital, les mesures médicales à observer pour protéger les organes.

Les organes prélevés sur des donneurs décédés peuvent être transplantés chez des personnes gravement malades. Une transplantation du foie peut par exemple sauver la vie d’une personne souffrant d’une grave intoxication fongique.

Les tissus prélevés sur des donneurs décédés peuvent aussi sauver des vies, ou du moins améliorer grandement la qualité de vie de personnes malades. Par exemple, le remplacement d’une valve cardiaque peut aider un enfant atteint d’une anomalie du cœur, alors qu’une greffe de cornée peut empêcher qu’une personne ne devienne aveugle.

On peut exprimer sa volonté d’être donneur d’organes ou de tissus de manière très différenciée. Sur la carte de donneur, on peut préciser quels organes et tissus pourront être prélevés ou non après notre décès. Il est également possible d’indiquer que l’on ne souhaite faire don que de certains organes ou tissus (plus d’informations sur la déclaration de consentement).

Conditions relatives au prélèvement d’organes

La loi sur la transplantation définit les conditions relatives à un prélèvement d’organes, de tissus et de cellules sur une personne décédée. Les principales dispositions sont les suivantes :

  • Les organes, tissus ou cellules peuvent être prélevés sur une personne décédée uniquement si l’on dispose de son consentement et que le décès a été constaté.
  • Si la volonté du défunt est inconnue, il revient aux proches de prendre cette décision en observant la volonté présumée de celui-ci.
  • La demande adressée aux proches pour un prélèvement d'organes ne peut intervenir qu’une fois prise la décision d’interrompre les mesures de maintien en vie. Les médecins traitants et les proches prennent cette décision ensemble.
  • Si les proches ne sont pas atteignables ou s'ils renoncent à s'exprimer, il est interdit de procéder à un prélèvement d'organes, de tissus ou de cellules.
  • La volonté de la personne décédée prime sur celle de ses proches.
  • Les proches ne reçoivent pas d’informations concernant les personnes auxquelles les organes sont attribués.

Constatation du décès dans la médecine de la transplantation

Les organes et tissus transplantés proviennent principalement de personnes décédées. Les conditions pour leur prélèvement sont réglées dans la loi sur la transplantation. Avant tout prélèvement, il faut diagnostiquer l'arrêt complet et définitif des fonctions cérébrales.

Mesures médicales préliminaires

Les mesures médicales préliminaires sont effectuées sur le donneur avant le prélèvement, dans le seul but de conserver les organes, tissus ou cellules dans le meilleur état fonctionnel possible jusqu’au moment de la transplantation.

Le déroulement d’un don d’organes

Un exemple fictif décrit le déroulement typique d’un don d’organes dans le cas d’un patient décédé soudainement d’une hémorragie cérébrale. En règle générale, le processus entier dure entre une demi-journée et trois jours.

Documents

SwissPOD Rapport d'étude (PDF, 2 MB, 14.01.2013)Variation des taux de don d’organes en Suisse : étude de cohorte prospective de donneurs potentiels (SwissPOD)

Informations complémentaires

Don par des personnes vivantes

Les personnes peuvent, de leur vivant également, faire don de certains organes et de cellules souches du sang. Des investigations préalables et un bon suivi sont alors nécessaires pour limiter les risques à un minimum pour la santé du donneur.

Expression de la volonté en matière de don d'organes, de tissus ou de cellules

Tout prélèvement d'organes, de tissus ou de cellules n'est possible que si cela est conforme à la volonté du donneur.

Déroulement et conditions-cadres des transplantations

La transplantation d’organes comprend plusieurs phases : d’abord une attente parfois longue, suivie de l’attribution de l’organe et de l’intervention proprement dite et enfin, la vie « d’après », qui exige beaucoup de discipline de la part des receveurs.

Chiffres-clés relatifs à la médecine de la transplantation

Dans le domaine de la transplantation, des données sont régulièrement collectées et évaluées. Vous trouverez ici les principaux chiffres-clés relatifs au don et à la transplantation d’organes, de cellules souches du sang et de tissus.

Contrôle d’efficacité de la loi sur la transplantation

L’efficacité de la loi sur la transplantation est continuellement contrôlée. À cet effet, des données sont systématiquement collectées et interprétées (monitorage et évaluation).

Mesures visant à augmenter le nombre d’organes pour une transplantation

En mars 2013, le Conseil fédéral a publié un rapport décrivant la situation concernant le don d'organes en Suisse. Il répond ainsi aux postulats Gutzwiller (10.3703), Amherd (10.3701) et Favre (10.3711).

Dernière modification 28.04.2022

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Biomédecine
Section Transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/spenden-von-organen-geweben-nach-dem-tod.html