Le déroulement d'un don par une personne vivante

Le don d'organes par une personne vivante doit être planifié de façon très minutieuse et préparé durant de longs mois. Dans l'exemple ci-dessous, une mère fait don d'un rein à sa fille. Cette histoire fictive permet de mieux comprendre le déroulement typique d'un don d'organes.

La maladie d'Anne

Anne a sept ans et a toujours été une petite fille pleine d'entrain. Mais depuis quelques mois, elle n'a plus beaucoup d'appétit et ne veut même plus boire. Elle est pâle, maigre et souvent très fatiguée. Le pédiatre a diagnostiqué chez Anne un trouble congénital du métabolisme empêchant ses reins de fonctionner correctement. Depuis, Anne doit suivre un programme d'alimentation très strict. Le médecin lui a également prescrit des médicaments et des vitamines.

La maman d'Anne veut l'aider

Ces dernières semaines, l'état de santé d'Anne s'est fortement dégradé. Elle manque souvent l'école, ne veut plus voir ses copines et ne joue même plus avec Max, son petit frère de cinq ans. Le pédiatre a expliqué aux parents d'Anne que parmi tous les traitements envisageables, la transplantation rénale était la meilleure solution pour leur enfant. La maman d'Anne a déjà décidé depuis longtemps qu'elle donnerait l'un de ses reins à sa fille. Elle est consciente qu'un tel don est douloureux et représente un risque pour la santé. Elle en a déjà parlé avec son mari : l'élément qui a motivé sa décision est le fait qu'une transplantation rénale constitue la seule solution à long terme pour leur fille. Les deux parents travaillent et doivent s'accorder sur de nombreux points avec leur employeur. Pour la maman d'Anne, il est important que quelqu'un soit à la maison pour s'occuper de Max pendant qu'elle se soumettra aux examens médicaux préliminaires ou quand elle sera à l'hôpital pour le don. Sa mère habitera donc chez eux pendant cette période.

Tests importants

Anne subit des examens au cours d'un séjour hospitalier de plusieurs jours. Son état de santé étant stable, elle supportera en principe une transplantation rénale. Sa maman doit également se soumettre à une batterie d'examens de deux jours. Ces contrôles confirment que ses reins fonctionnement normalement et excluent autant que possible tout risque sérieux pour sa santé. Au cours de ce séjour à l'hôpital, un médecin de l'équipe de transplantation lui explique les conséquences et les risques liés à l'intervention prévue. Elle signe alors un document attestant qu'elle a été informée des risques et qu'elle est disposée à donner volontairement l'un de ses organes.

Ensemble à l'hôpital

La date de la transplantation est déjà fixée depuis quelque temps. La veille de l'opération, Anne et sa maman se rendent en taxi à l'hôpital. La petite fille doit déjà prendre des médicaments qui empêcheront son système immunitaire de rejeter le rein de sa maman. Avec le chirurgien responsable de l'opération, elles passent une nouvelle fois en revue le déroulement de la greffe. Le lendemain, on emmène tout d'abord la maman d'Anne dans la salle d'opération. Un peu plus tard, c'est au tour d'Anne. Les deux opérations ont lieu en même temps. Après l'opération, la mère d'Anne est ramenée dans sa chambre, tandis que sa fille reste aux soins intensifs.

Après l'opération

Les premières douleurs que la maman d'Anne ressent après l'opération peuvent être atténuées avec des antidouleurs, mais pas complètement éliminées. Après trois jours, Anne peut sortir des soins intensifs et rejoindre sa maman. Elle est heureuse de recevoir la visite de Max et de sa grand-maman. Après six jours, sa maman peut quitter l'hôpital. Anne doit, quant à elle, rester un peu plus longtemps. Les médecins vérifient que le rein transplanté fonctionne bien et ils déterminent le dosage des médicaments (immunosuppresseurs) qu'Anne doit continuer de prendre. Ses parents, Max et sa grand-maman viennent lui rendre visite le plus souvent possible.

De retour à la maison

Deux semaines après la transplantation, Anne est de retour à la maison. Sa maman doit ménager ses efforts au cours des semaines à venir. Elle s'occupe d'Anne et l'accompagne chaque semaine à l'hôpital pour ses contrôles. Plus tard, ceux-ci auront lieu environ tous les trois mois. Anne est impatiente d'aller à l'école. Elle pourra y retourner au début du prochain semestre. En attendant, sa maîtresse lui apporte ses devoirs à la maison. Ses copines viennent souvent lui rendre visite.


Links



Informations complémentaires

Donneurs vivants : expression de la volonté et protection

Les personnes souhaitant faire un don d’organe de leur vivant doivent être informées de façon claire et détaillée sur l’intervention et sur les risques qui en découlent. Cette décision doit être prise volontairement et sans pression.

La transplantation croisée

Pour des raisons de compatibilité, une personne ne peut pas toujours faire, de son vivant, don d’un rein à un proche. La transplantation croisée permet alors d’attribuer des organes, par croisement, à des receveurs compatibles.

Le déroulement d’une transplantation d’organes

Comment se déroule la transplantation d’un organe du point de vue du receveur ? L’exemple fictif suivant décrit le déroulement typique d’une transplantation en prenant le cas d’une greffe de cœur.

Dernière modification 20.08.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division biomédecine
Section transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/lebendspenden-von-organen-zellen/fallbeispiel-lebendspende.html