Don de cellules souches du sang

La transplantation de cellules souches hématopoïétiques intervient dans le traitement des maladies graves du sang. Les personnes désireuses de donner des cellules souches peuvent se faire enregistrer. Mais elles doivent être informées du déroulement et des risques du don. Celui-ci ne peut être que libre et gratuit.

Depuis des dizaines d’années déjà, la transplantation de cellules souches hématopoïétiques fait partie des traitements possibles pour les maladies graves du sang telles que la leucémie. Dans quelques cas, on prélève les cellules directement sur la personne malade, puis on les lui retransplante après une chimiothérapie ou une radiothérapie. On trouvera des détails sur ce type de transplantation dans la « Fiche d’information : cellules souches du sang » (voir téléchargements).

Mais il arrive qu’on ne puisse pas traiter la personne avec ses propres cellules ; on est alors obligé de rechercher un donneur. Il est important que les cellules de ce dernier concordent au mieux avec celles de la personne malade. Très souvent, un membre de la famille se propose. Quand ce n’est pas le cas ou qu’il ne convient pas, l’organisation Transfusion CRS Suisse se charge de trouver un donneur adéquat, en Suisse ou à l’étranger.

S’enregistrer comme donneur

Toute personne désireuse de donner des cellules souches hématopoïétiques peut s’inscrire auprès de Transfusion CRS Suisse (Swiss Blood Stem Cells). Cette organisation, chargée par la Confédération de gérer le registre des cellules souches hématopoïétiques, collabore étroitement avec les registres étrangers. L’enregistrement est très simple ; il peut se faire en ligne à l’adresse:

Une fois inscrite, la personne reçoit par la poste un kit de cotons-tiges qui lui permet, chez elle, de prélever un échantillon de la muqueuse buccale. Après l’avoir renvoyé le prélèvement avec la déclaration de consentement et le questionnaire médical, elle est admise dans le registre. Elle n’est sollicitée pour le don proprement dit que si ses caractéristiques tissulaires concordent avec celles d’une personne gravement malade. Si elle répond positivement à la demande, elle devra passer d’autres examens médicaux. La probabilité d'être appelé à faire un don est relativement faible, car il existe un très grand nombre de tissus différents. En Suisse, 40 à 50 transplantations de cellules souches hématopoïétiques ont lieu chaque année, pour des patients suisses ou étrangers. Les donneurs ne sont pas rémunérés mais n’ont rien à débourser, car leurs frais, de même que leur éventuelle perte de salaire, sont remboursés dans le cadre du don.

Bien peser sa décision

On peut à tout moment revenir sur sa décision de faire un don de cellules souches. Il est toutefois recommandé de peser suffisamment tôt les arguments pour ou contre. En particulier, dès qu’une personne figure dans le registre, elle peut être contactée pour un don concret ; à ce moment-là, sa décision doit être ferme et définitive. En effet, la préparation de la personne malade en vue de la transplantation (chimiothérapie ou irradiation du corps entier, par exemple) commence dès que le donneur a donné son accord. À ce moment, sa moelle osseuse est totalement détruite et, sans les cellules souches étrangères, elle n’a pratiquement plus aucune chance de survie.

Don libre et gratuit

Le cadre juridique qui s’applique au don de cellules souches hématopoïétiques est celui du don d’organe par un donneur vivant. Pour déterminer si une personne convient comme donneur, plusieurs facteurs sont à prendre en compte. Il convient de s’assurer que le don est librement consenti et qu’il est gratuit. En effet, il est interdit d'octroyer ou de percevoir un avantage pécuniaire ou autre pour un don de cellules souches. Lorsqu’une personne vivante fait un don, il est nécessaire non seulement de contrôler son état de santé, mais aussi, dans le cadre d’un entretien préliminaire, d’analyser minutieusement ses motivations. Il faut notamment tenir compte d’éventuels rapports de dépendance et de pressions psychologiques, en particulier dans le cercle familial.

Déroulement du don

À l’heure actuelle, on prélève généralement les cellules souches dans le sang périphérique du donneur. Pendant les quelques jours qui précèdent le prélèvement, on lui administre des facteurs de croissance, qui provoquent une multiplication des cellules souches et leur migration hors de la moelle osseuse. Le jour du prélèvement, le donneur est branché pendant trois à six heures à un appareil qui extrait ces cellules du sang avant de les réinjecter dans l’organisme (aphérèse). Le donneur peut rentrer à la maison le jour même.

Le don de moelle osseuse, beaucoup plus rare, consiste à prélever des cellules souches hématopoïétiques sous anesthésie générale, par plusieurs ponctions, dans la moelle des os du bassin. Alors, le donneur reste quelques jours à l’hôpital.

Pour chaque cas, le type de don le plus approprié dépend de la maladie à traiter. La décision revient aux médecins qui pratiquent la transplantation, avec l’accord du donneur.

Une autre source possible de cellules souches hématopoïétiques est le sang du cordon des nouveau-nés, qui peut être conservé en vue d’un usage ultérieur.

Risques et suivi

En général, le prélèvement de cellules souches hématopoïétiques est bien toléré. Mais le donneur doit être informé des risques :

  • en cas de prélèvement à partir de la moelle osseuse, le risque est celui qui est associé à une anesthésie générale. On peut aussi observer un retard de cicatrisation, des douleurs et des hématomes aux points de ponction. En revanche, la moelle se régénère totalement en l’espace de quelques semaines ;
  • le prélèvement à partir du sang périphérique se fait en ambulatoire. Les facteurs de croissance sont susceptibles de provoquer des symptômes grippaux ainsi que des douleurs osseuses ou musculaires, qui disparaissent à l’arrêt du médicament. Les complications graves sont très rares.

Peu de temps après le prélèvement, le donneur est convoqué pour des examens de contrôle et un entretien. Par la suite, il est suivi pendant dix ans par Transfusion CRS Suisse et interrogé sur son état de santé.

Cellules souches hématopoïétiques à partir de sang du cordon

Après un accouchement, les cellules souches du sang peuvent être prélevées à partir du cordon ombilical, sans risque pour la mère et l'enfant. Il existe plusieurs façons de les conserver dans une banque de sang de cordon.

Dernière modification 07.10.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division biomédecine
Section transplantation
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 51 54
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/transplantationsmedizin/lebendspenden-von-organen-zellen/blut-stammzellen-lebendspende.html