Médicaments à base de cannabis: modification de la loi

Aujourd’hui, quelques milliers de patients utilisent des médicaments à base de cannabis. Le Conseil fédéral veut permettre aux personnes malades d’y accéder plus facilement. Il propose au parlement de lever l’interdiction du cannabis à des fins médicales.

Le Conseil fédéral propose de faciliter l’utilisation du cannabis à des fins médicales. Le 24 juin 2020, il a transmis au parlement le message relatif à la modification de la loi sur les stupéfiants. Lors de la consultation (du 26 juin au 17 octobre 2019), les cantons, les partis politiques et d’autres cercles intéressés ont salué le principe de cette modification.

Règlementation actuelle

Stupéfiant interdit en Suisse, le cannabis est soumis à une interdiction générale de commercialisation. ll ne peut donc, en principe, être ni cultivé, ni fabriqué, ni importé ou encore remis aux patients. Actuellement, le cannabis à usage médical peut toutefois être utilisé de manière limitée et uniquement avec une autorisation exceptionnelle de l’OFSP.

Pourquoi une modification législative ?

Au cours des dernières années, la demande de traitements à base de cannabis a fortement augmenté. En 2019 uniquement, l’OFSP a délivré près de 3000 autorisations exceptionnelles. Ces démarches administratives fastidieuses retardent les traitements, et la situation actuelle ne reflète plus le caractère exceptionnel prévu par la loi sur les stupéfiants. Avec cette révision de la loi, le Conseil fédéral aimerait mieux exploiter le potentiel du cannabis en tant que médicament. Les personnes malades doivent pouvoir accéder à ces médicaments en évitant un surplus de bureaucratie.

Que changera la loi ?

  • L’interdiction de mise dans le commerce du cannabis à des fins médicales doit être levée. Rien ne change en revanche pour le cannabis utilisé à des fins non médicales : il reste interdit.
  • En conséquence de l’adaptation de la loi, la culture, le traitement, la fabrication et le commerce de cannabis à usage médical seront soumis au système d’autorisation et de contrôle de Swissmedic, tout comme d’autres stupéfiants à usage médical (p. ex., la cocaïne, la méthadone ou la morphine).
  • Le traitement avec des médicaments à base de cannabis ne requerra plus d’autorisation exceptionnelle de l’OFSP ; la liberté thérapeutique sera assurée et la responsabilité du traitement relèvera exclusivement du médecin.
  • L’exportation commerciale de cannabis à usage médical doit désormais être autorisée. En effet, cela ouvre de nouvelles perspectives aux cultivateurs des matières premières en Suisse et aux fabricants spécialisés dans les phytomédicaments. Parallèlement, l’ordonnance sur les semences et plants doit être modifiée pour faciliter la culture de cannabis à des fins médicales également dans l’agriculture.
  • Les exigences de sécurité et de qualité pour la fabrication de médicaments à base de cannabis ayant été inscrites en 2019 dans la pharmacopée suisse, il n’est pas nécessaire de modifier la législation sur les produits thérapeutiques.
  • Une collecte de données doit permettre de suivre l’évolution de la prescription de médicaments à base de cannabis et de recueillir davantage de preuves concernant leur effet. Les médecins prescripteurs seront tenus de transmettre à l’OFSP des informations sur le traitement durant les premières années suivant l’entrée en vigueur de la modification de la loi. La collecte de données doit servir de base à une évaluation scientifique de la révision et de cadre de référence pour les autorités sanitaires responsables de la mise en œuvre et les médecins prescripteurs.    

Question de la prise en charge en suspens

La modification de la loi ne change rien aux conditions pour la prise en charge des coûts des médicaments à base de cannabis. Ces derniers ne sont pris en charge par l’assurance obligatoire des soins que dans des cas exceptionnels. L’OFSP fait examiner s’il est nécessaire d’agir et clarifie les preuves scientifiques concernant l’efficacité et l’économicité de ces médicaments. Le rapport correspondant devrait être disponible au plus tôt début 2021.Stupéfiant interdit en Suisse, le cannabis est soumis à une interdiction générale de commercialisation. ll ne peut donc, en principe, être ni cultivé, ni fabriqué, ni importé ou encore remis aux patients. Actuellement, le cannabis à usage médical peut toutefois être utilisé de manière limitée et uniquement avec une autorisation exceptionnelle de l’OFSP.

 

Communiqués

Javascript est requis pour afficher les communiqués de presse. Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas activer Javascript, veuillez utiliser le lien ci-dessous pour accéder au portail d’information de l’administration fédérale.

Vers le portail d’information de l’administration fédérale

Weiterführende Themen

Essais pilotes cannabis: projet de mise en consultation

Le Conseil fédéral souhaite créer une base légale permettant de mener des études scientifiques sur la consommation récréative de cannabis. Elles serviront à déterminer les effets qu’auraient d’autres modèles de réglementation.

Faits et chiffres: cannabis

Le cannabis est la substance illégale la plus consommée en Suisse. Plus de 200'000 personnes âgées de plus de quinze ans en consomment actuellement.

Application médicale limitée de stupéfiants interdits (p. ex. le «cannabis», THC)

L'OFSP peut accorder des autorisations exceptionnelles pour l’application médicale limitée de stupéfiants.

Dernière modification 22.09.2020

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. Tel.: +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/medizin-und-forschung/heilmittel/med-anwend-cannabis/gesetzesaenderung-cannabisarzneimittel.html