Maladies psychiques et santé

Les maladies psychiques compliquent le quotidien à plus d’un titre. Pesantes pour les proches, elles peuvent mener au suicide. Souvent sous-estimées ou ignorées, elles sont un thème permanent pour la Confédération et les cantons.

Les maladies psychiques sont largement répandues. Elles font partie des troubles les plus courants et les plus limitants. Souvent, leurs effets concernent tous les domaines de l’existence et ont un impact sur la qualité de vie, le quotidien et la capacité à travailler. Les maladies psychiques sont une charge pour les personnes concernées et leurs proches et peuvent conduire au suicide. Souvent, elles ne sont pourtant pas reconnues. Leur importance pour la société et pour l’économie est sous-estimée.

Santé psychique

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la santé psychique est complexe. Elle est le résultat d’interactions complexes entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.

La santé psychique n’est donc pas un état résultant des dispositions personnelles et des comportements individuels, mais un processus dynamique complexe, dans lequel entrent en jeu des facteurs individuels et des aspects socioéconomiques, culturels et environnementaux.

Ainsi, une personne se sent psychiquement en bonne santé lorsqu’elle peut exploiter son potentiel intellectuel et émotionnel, faire face au stress normal de la vie courante, travailler de manière productive et apporter une contribution à la communauté.

Une personne est en bonne santé psychique lorsqu’elle a une estime de soi stable ainsi qu’une identité suffisamment affirmée pour lui permettre d’assumer différents rôles au sein de la société. Outre le sentiment d’agir efficacement et de contrôler ses actes, elle se considère généralement comme optimiste, confiante et équilibrée.

Néanmoins, il n’est pas nécessaire que ces caractéristiques et ces émotions soient réunies en permanence pour se sentir en bonne santé psychique.

Interaction entre stress et ressources

L’interaction entre le stress et les ressources est déterminante pour la santé psychique. Le stress et les ressources peuvent être propres au sujet ou conditionnés par son environnement. L’interaction de ces facteurs est particulièrement décisive lors d’événements critiques de l’existence, comme la perte d’un proche. Par ailleurs, certaines conditions de vie telles que la pauvreté peuvent également représenter une source de stress chronique.

Puiser dans ses ressources externes (p. ex., soutien social) et/ou internes (p. ex., estime de soi positive) permet d’influer sur le stress. Toutefois, un stress trop important (p. ex., expérience traumatisante de la guerre) ou dépassant la limite du supportable pendant une période prolongée influe négativement sur la santé psychique.

Suicide et tentatives de suicide

Chaque année, près d’un millier de personnes se suicident en Suisse (sans compter les décès accompagnés par les organisations d’aide au suicide) ; par ailleurs, 10 000 personnes reçoivent des soins médicaux suite à une tentative de suicide. Les suicides et les tentatives de suicide sont un problème de santé publique souvent sous-estimé. En Suisse, par exemple, un décès sur trois chez les hommes de 20 à 29 ans est dû à un suicide.

La prévention en la matière est donc essentielle. En effet, la plupart des personnes qui pensent mettre un terme à leurs jours ne souhaitent pas mourir, mais faire cesser une souffrance insupportable.

Enquête suisse sur la santé 2012

L’enquête menée auprès de la population suisse (à partir de 15 ans) a donné les résultats suivants :

  • La majorité des personnes interrogées se sent en bonne santé psychique et physique.
  • Près de trois quarts (77 %) de la population se sentent pleins de vitalité et d’énergie.
  • La majorité (82 %) se sent le plus souvent ou toujours heureux.
  • La majorité déclare que leur état de santé en général est bon ou très bon (83 %) et que leur qualité de vie est bonne ou très bonne (92 %).
  • Enfin, près d’un cinquième (18 %) de la population souffre de détresse psychologique (5 % de détresse élevée et 13 % de détresse moyenne).

D’autres études tenant compte de tous les groupes d’âges montrent qu’au cours d’une année, jusqu’à un tiers de la population souffre d’une maladie psychique. Seule une petite moitié des personnes malades se fait traiter.

Communiqués

Javascript est requis pour afficher les communiqués de presse. Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas activer Javascript, veuillez utiliser le lien ci-dessous pour accéder au portail d’information de l’administration fédérale.

Vers le portail d’information de l’administration fédérale

Informations complémentaires

Maladies psychiques et santé

Les maladies psychiques compliquent le quotidien à plus d’un titre. Pesantes pour les proches, elles peuvent mener au suicide. Souvent sous-estimées ou ignorées, elles sont un thème permanent pour la Confédération et les cantons.

Soins coordonnés

Il est nécessaire de coordonner les traitements et les soins des patients atteints de maladies chroniques ou d’affections multiples. Aussi, le projet « Soins coordonnés » a-t-il été lancé lors de la conférence Santé2020.

Dernière modification 04.03.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Stratégies de la santé
Section Politique nationale de la santé
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 469 79 76
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/krankheiten-im-ueberblick/psychische-erkrankungen-und-gesundheit.html