Pourquoi l’antibiorésistance me concerne-t-elle ?

Les infections provoquées par des bactéries résistantes entraînent une augmentation de la mortalité et une diminution de la qualité de vie, car elles compliquent les traitements et en accroissent parfois la durée et le coût.

Personne n’est à l’abri d’une infection

Les médecins généralistes ainsi que les dentistes, gynécologues, dermatologues et autres spécialistes ont recours aux antibiotiques pour traiter une large gamme d’infections bactériennes, qui vont des moins sévères (cystite) aux plus critiques (pneumonies, méningites et infections du sang). Nul n’est à l’abri d’une infection bactérienne, qu’elle soit acquise dans la vie quotidienne ou dans un hôpital ou un établissement de santé (infection nosocomiale). Elle peut aussi apparaître suite à un accident ou lors de complications d’une maladie initialement non-infectieuse.

Plus d’un quart des patients hospitalisés en Suisse reçoivent des antibiotiques. Ces médicaments sont en effet indispensables pour prévenir ou traiter des infections associées aux interventions chirurgicales ou aux complications d’une maladie ayant entraîné une hospitalisation. Les antibiotiques sont fréquemment utilisés pour traiter les infections qui suivent une chimiothérapie contre le cancer. Ils permettent aussi de traiter des complications de maladies fréquentes, telles que les ulcères du pied provoqués par le diabète.

Les principales applications des antibiotiques

Ambulanter Bereich

En milieu ambulatoire, ils permettent de soigner les infections bactériennes (pneumonies, septicémies, etc.).

Bilder Spital Eingriffe Chemotherapie

A l’hôpital, ils apportent de la sécurité lors de nombreuses opérations chirurgicales et greffes d’organe. Ils  protègent les patients atteints d’un cancer lors des chimiothérapies, et aussi les patients qui reçoivent un traitement immunosuppresseur pour soulager une maladie auto-immune (arthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, etc.).

L’antibiorésistance tue

Dans le monde, le nombre exact de décès dus à la résistance aux antibiotiques n’est pas connu, car cette information n’est généralement pas indiquée dans les certificats de décès. Le nombre de décès par an est estimé à 300 en Suisse et à 33 000 dans l'Union Européenne selon des modèles de calcul.

L’antibiorésistance accroît les coûts de la santé

Les infections provoquées par des bactéries résistantes aux antibiotiques sont plus difficiles — parfois même impossibles — à  traiter : c’est pourquoi on parle parfois de « super-bactéries ». Certaines de ces bactéries résistantes, mais heureusement pas toutes, sont également plus virulentes ou toxiques pour le corps, et peuvent donc provoquer des infections plus graves.   

Les infections provoquées par des bactéries résistantes entraînent une augmentation de la mortalité et une diminution de la qualité de vie, car elles compliquent les traitements et en accroissent parfois la durée et le coût. Pour traiter ces infections résistantes, il faut souvent faire appel à d’autres classes d’antibiotiques qui sont plus coûteuses, qui ont parfois d’avantage d’effets secondaires, ou qui doivent être administrées par voie intraveineuse.  

Au niveau mondial, l’impact économique direct de l’antibiorésistance sur les coûts de la santé est estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars par an. La Banque Mondiale a calculé que les coûts annuels engendrés par l’antibiorésistance pourraient égaler ceux de la crise financière survenue en 2008.

Les nouveaux antibiotiques sont-ils la solution?

Pour contenir la dissémination des bactéries résistantes, de nouveaux antibiotiques ne suffiront pas. Une meilleure utilisation de ces médicaments est nécessaire, car l’histoire a démontré que quelques années seulement après la commercialisation d’une nouvelle classe d’antibiotiques, les bactéries se sont déjà adaptées pour résister.

La courte durée de vie des antibiotiques

Dates de commercialisation et de première détection de bactéries résistantes pour diffé-rentes classes d'antibiotiques. Pour certains antibiotiques, la résistance des bactéries a même été observée avant leur commercialisation. Cela a par exemple été le cas pour la pénicilline et pour les céphalosporines de 5ème génération.
Source: Antimicrobial Resistance and Infection Control 2015 4:49 (modifié)

Aujourd’hui, les recherches cliniques approfondies nécessaires à la commercialisation de nouveaux  antibiotiques prennent environ 10 ans et sont coûteuses. C’est pourquoi la Suisse a décidé de s’allier à une  initiative internationale dans ce domaine  (GARDP) qui vise à développer et à fournir de nouveaux traitements contre les infections bactériennes.

Informations complémentaires

Stratégie nationale de lutte contre la tuberculose 2012-2017

La stratégie définissait les priorités et les responsabilités ; les principes restent valables.

Stratégie Antibiorésistance dans le domaine humain

Autant que nécessaire, mais le moins possible. Les antibiotiques permettent de sauver des vies. Ils doivent rester disponibles sur le long terme.

Dernière modification 21.08.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Maladies transmissibles
Section Stratégies, principes et programmes
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 87 06
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/infektionskrankheiten-bekaempfen/antibiotikaresistenzen/wieso-betreffen-antibiotikaresistenzen-auch-mich-.html