Quelles sont les principales maladies bactériennes?

De nombreuses infections sont provoquées par des espèces de bactéries qui sont pourtant présentes chez la plupart des personnes sans causer de maladie.

De nombreuses infections sont provoquées par des espèces de bactéries qui sont pourtant présentes chez la plupart des personnes sans causer de maladie. Souvent, ces bactéries deviennent pathogènes lorsqu’elles se trouvent à un endroit du corps où elles ne devraient pas être présentes, ou en nombre anormalement élevé lors d’une baisse des défenses immunitaires. Ou lorsqu’il s’agit d’un sous-type (souche) de bactérie qui rend systématiquement malade (p. ex. les souches entérohémorragiques de la bactérie Escherichia coli).

Bactéries responsables des infections les plus communes

Streptococcus pneumoniae – le « pneumocoque » – se trouve habituellement dans le nez et le pharynx de très nombreuses personnes, sans provoquer d’infection. C’est donc la population dans son ensemble qui transmet le pneumocoque aux personnes âgées, aux enfants ou aux autres personnes les plus vulnérables, chez lesquelles il peut provoquer de dangereuses infections. En Suisse, le pneumocoque provoque chaque année environ un millier d’infections graves (du sang ou des méninges) et plusieurs milliers de pneumonies. Mais il est également responsable de nombreuses infections qui peuvent guérir d’elles-mêmes, telles  certaines otites et bronchites.

Staphylococcus aureus – le staphylocoque doré — fait partie de la flore microbienne de la peau d’environ un tiers de la  population, sans provoquer de maladie. Selon son type (souche) et l’état du système immunitaire de la personne qu’il infecte, le staphylocoque doré peut provoquer des infections de la peau, des tissus mous, du sang ou même des os. À l’hôpital, il est la cause la plus fréquente d’infections des plaies chirurgicales. Dans les élevages d’animaux, il peut provoquer diverses infections, notamment dans les glandes mammaires des vaches laitières.  

Escherichia coli appartient à la famille des entérobactéries. Celles-ci sont communes dans l’intestin de l’Homme et des animaux sans provoquer de maladie ; en fait, elles sont même utiles et font partie de la flore intestinale normale. Mais Escherichia coli peut causer des infections lorsqu’elle est présente dans d’autres parties du corps (infections urinaires, intraabdominales et méningites). Certaines souches pathogènes d’Escherichia coli (p.ex. la souche O157:H7, qui produit une toxine) circulent entre l’animal, les denrées alimentaires et l’Homme, chez qui elles peuvent provoquer fièvre, nausées, vomissements, crampes d’estomac et des diarrhées, qui exceptionnellement peuvent être fatales.   

Klebsiella pneumoniae est aussi une entérobactérie qui colonise normalement le tube digestif de l’Homme et des animaux. C’est pourtant l’une de bactéries qui provoque le plus grand nombre d’infections nosocomiales (liées aux soins), et d’infections des voies urinaires ou respiratoires, en particulier de pneumonie grave. Chez les nouveau-nés, Klebsiella pneumoniae peut provoquer des infections du sang, associées à des taux élevés de mortalité. Cette bactérie a aussi la particularité d’acquérir facilement de multiples formes de résistance aux antibiotiques.  

On peut encore citer Acinetobacter baumannii et Pseudomonas aeruginosa, deux bactéries qui provoquent principalement des infections dans les établissements de santé. La résistance de ces deux bactéries aux antibiotiques de dernier recours (carbapénèmes et polymyxines) ne cesse de croître, aussi bien au niveau international que national.

Les principales maladies à déclaration obligatoire

En Suisse, un système oblige les médecins et les laboratoires médicaux à déclarer certaines maladies transmissibles aux médecins cantonaux ou à l'OFSP. Ces déclarations permettent de détecter très rapidement les problèmes sanitaires éventuels, et de prendre des mesures. La liste des maladies à déclaration obligatoire contient plus de 40 maladies.

En ce qui concerne les infections bactériennes dont la déclaration aux autorités sanitaires suisses est obligatoire, le nombre moyen (sur les trois dernières années) de cas déclarés chaque année est présenté ci dessous.

Bactéries pathogènes à transmission respiratoire

  • Pneumocoques, maladie invasive (environ 900 cas déclarés par an)
  • Tuberculose (environ 500 cas déclarés par an)
  • Légionellose (environ 400 cas déclarés par an)
  • Haemophilus influenzae (qui n’a rien à voir avec le virus de l’influenza qui cause la grippe), maladie invasive (environ 100 cas déclarés par an)
  • Méningocoques: maladie invasive (environ 50 cas déclarés par an)  

Bactéries pathogènes à transmission orale  

Bactéries pathogènes à transmission sexuelle ou par du sang contaminé

Bactéries pathogènes transmises par des animaux

  • Borréliose ou maladie de Lyme (environ 10 000 cas déclarés par an)
  • Tularémie (environ 80 cas déclarés par an)
  • Brucellose (moins de 10 cas déclarés par an)  

Informations complémentaires

Maladies infectieuses : chiffres

Nombre de cas des maladies infectieuses observés en Suisse et la Principauté du Liechtenstein, mis à jour hebdomadairement.

Dernière modification 20.06.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Maladies transmissibles
Section Stratégies, principes et programmes
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 87 06
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/infektionskrankheiten-bekaempfen/antibiotikaresistenzen/welche-bakteriellen-krankheiten-gibt-es-.html