Nouveau coronavirus : situation en Suisse

Vous trouverez ici le nombre de personnes infectées au coronavirus ou décédées des suites de la maladie et le rapport sur la situation épidémiologique en Suisse.

Infections confirmées au coronavirus, décès, situation épidémiologique

3.6.2020, 8 h, confirmé en Suisse :

Cas testés positifs au nouveau coronavirus : 30 893 personnes, 19 de plus par rapport au jour précédent
Décès : 1660 personnes

Rapport sur la situation épidémiologique en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein (PDF, 818 kB, 03.06.2020)

Données du rapport de situation pour le coronavirus (XLS, 21 kB, 03.06.2020)

Les données publiées ici se basent sur les informations qui nous ont été communiquées par les laboratoires, les médecins et les hôpitaux. Elles se réfèrent aux déclarations qui nous sont parvenues tôt dans la journée et peuvent donc diverger des chiffres communiqués par les cantons.

3.6.2020, Surveillance des cas suspects

Rapport hebdomadaire concernant les cas suspects déclarés (PDF, 436 kB, 03.06.2020)

L’évaluation et la publication a lieu chaque semaine. Les données se basent sur le système de déclaration Sentinella : 150 à 250 médecins de famille déclarent volontairement tous les patients chez lesquels ils suspectent une infection avec le coronavirus.

7.5.2020, Nouveau coronavirus en Suisse et au Liechtenstein : bilan intermédiaire

COVID-19 : bilan épidémiologique intermédiaire, état le 27 avril 2020 (PDF, 1 MB, 07.05.2020)

Le rapport décrit la situation épidémiologique générale et les effets des mesures prises en lien avec le nouveau coronavirus. Il a été rédigé dans la perspective du premier assouplissement des mesures.

Représentations graphiques des données

Les liens ci-après permettent d'accéder aux graphiques.

La représentation chronologique se fonde sur la date de déclaration du cas, qui correspond en général au prélèvement d'un échantillon. Les décès correspondent à la date où ils sont survenus. Les chiffres des deux ou trois derniers jours sont provisoires, car certaines déclarations sont livrées avec du retard.

Les analyses se limitent aux jeux de données dont les informations relatives à l'âge, au sexe et au canton de domicile sont complètes. Les données provenant de la principauté de Liechtenstein sont exclues. Pour ces différentes raisons, les chiffres des graphiques diffèrent de ceux publiés ci-dessus.

Vous pouvez télécharger ici les données de base des infographies :

Cas COVID-19 confirmés en laboratoire, répartition temporelle

Le graphique montre la répartition géographique et temporelle des personnes testées positives au nouveau coronavirus.

Traçage des chaînes de transmission (contact tracing)

La recherche des contacts est l’une des mesures les plus efficaces pour lutter contre les épidémies. Elle permet d’identifier les chaînes de transmission et de les interrompre en isolant les personnes malades et en plaçant leurs contacts en quarantaine.

Comment fonctionne le traçage des contacts ?

C’est un réel travail de détective. Le traçage des chaînes de transmission incombe aux autorités cantonales. Elles procèdent ainsi :

Si une personne est testée positive au coronavirus.

  • Les autorités cantonales identifient avec elle les personnes avec qui elle a été en contact étroit entre les deux jours qui ont précédé l’apparition des symptômes et la prescription de l’isolement.
  • Les autorités informent les personnes identifiées qu’elles ont peut-être été infectées.
  • Si ces personnes ne présentent aucun symptôme, elles doivent se placer en quarantaine pendant dix jours. Si aucun symptôme ne survient pendant cette période, les autorités lèvent la quarantaine.

Une personne contactée par les autorités présente déjà des symptômes.

  • Elle doit être placée en isolement. Si elle est testée positive, un traçage des contacts est effectué pour elle aussi.

Des symptômes surviennent chez une personne en quarantaine.

  • Elle doit immédiatement être placée en isolement et se fait tester au nouveau coronavirus.
  • Si le test est positif, la recherche des contacts commence.
  • Étant donné que la personne se trouve déjà en quarantaine, il ne devrait y avoir que très peu de contacts étroits, voire aucun. La quarantaine a déjà permis d’interrompre la chaîne de transmission.

Grâce au respect des mesures, le traçage est à nouveau possible

Grâce aux mesures de fermeture généralisée du Conseil fédéral et au fait que la population a respecté les règles d’hygiène et de conduite, le nombre de nouvelles infections diminue chaque jour. Il est donc désormais possible de garder la propagation du nouveau coronavirus sous contrôle en retraçant les contacts. Une application pour smartphone viendra compléter ce dispositif d’endiguement (voir paragraphe suivant).

L'application SwissCovid aide à interrompre les chaînes de transmission

L'application SwissCovid pour smartphone (Android/iPhone) doit contribuer à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Elle complètera le traçage des contacts classique, au moyen duquel les cantons retracent les nouvelles infections. Ainsi, elle aidera à interrompre les chaînes de transmission. Le fonctionnement de l’application sera testé intensivement ces prochaines semaines.

Pour cette phase, le Conseil fédéral a adopté le 13 mai une ordonnance temporaire. Elle se fonde sur la loi fédérale sur la protection des données et règle l'organisation, l’exploitation, les données traitées et l'utilisation de l'application pendant la durée de cette phase de test. Pour que la population puisse utiliser l'application, le Parlement débattra de la base juridique et l’adoptera lors de la session d'été en juin.

Malgré le recours à l'application SwissCovid, il est important de continuer à respecter strictement toutes les règles d’hygiène et de conduite. En combinant l’application, le traçage des contacts classique et le respect des règles, nous voulons empêcher que le virus recommence à se répandre rapidement.

Comment fonctionne l'application SwissCovid ?

L’application utilise la technologie Bluetooth pour mesurer anonymement la durée des rencontres et la distance par rapport à d’autres smartphones. Elle enregistre les contacts de plus de 15 minutes à moins de 2 mètres. Si une personne (qui utilise l’application) est diagnostiquée positive au nouveau coronavirus, elle peut y saisir un code d’autorisation ; ainsi, elle avertit les autres utilisateurs qui se sont trouvés à proximité d’elle alors qu’elle était contagieuse.

Cette alerte doit sensibiliser les utilisateurs afin :

  • qu’ils se fassent tester immédiatement s’ils présentent des symptômes typiques et
  • qu’ils évitent autant que possible le contact avec d’autres personnes, car ils pourraient déjà être contagieux.

L’application est gratuite et son utilisation est libre. Plus les personnes qui l’installent et l’utilisent sont nombreuses, plus elle sera efficace pour endiguer la propagation du virus.

Le système de l'application SwissCovidest conçu de manière à garantir l’anonymat

Les données récoltées par l’application sont sauvegardées uniquement sur le smartphone de l’utilisateur. L’application n’envoie aucune donnée personnelle ou de localisation vers des lieux de stockage central ou des serveurs. Ainsi, personne ne peut reconstituer avec qui un utilisateur a été en contact.

Nous développons l'application SwissCovid en collaboration avec l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication BIT ainsi que les écoles polytechniques fédérales de Lausanne (EPFL) et de Zurich (ETHZ). Elle répond aux besoins en garantissant une protection maximale de la sphère privée.

Application SwissCovid : test public de sécurité

L’application pour smartphone (Android/iPhone) contribuera à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. La première version est maintenant prête pour un test de grande ampleur visant à contrôler son fonctionnement et sa sécurité.

Vous pouvez tester dès maintenant l’application SwissCovid. Des informaticiens et d’autres personnes intéressées vérifieront si la sécurité de cette application est assurée. Le Centre national pour la cybersécurité (NCSC) réceptionnera les résultats afin de les analyser, de définir leur priorité et de faire procéder aux adaptations nécessaires dans SwissCovid.

Tous les participants au test peuvent saisir leurs retours sur le site internet du NCSC. Dans un souci de transparence, le NCSC les publiera chaque jour sur son site internet, sous une forme résumée.

Pour plus d’informations sur le test (Public Security Test « SwissCovid Proximity Tracing System »), veuillez consulter le site internet de MELANI et du NCSC.

La recherche d'anticorps

Combien de personnes ont déjà été infectées par le nouveau coronavirus ? Et est-on immunisé après l’avoir contracté ? Une étude nationale de la Swiss School of Public Health (SSPH+), un réseau de douze hautes écoles suisses, se propose de répondre à ces questions. Il lance une étude nationale. Basée sur l’idée du professeur Milo Puhan, directeur de l'Institut d'épidémiologie de l'Université de Zurich, l’étude vise à déterminer :

  • combien de personnes en Suisse ont déjà été infectées par le nouveau coronavirus,
  • si les gens sont immunisés contre une réinfection
  • et, si oui, pour combien de temps.

À cette fin, il est prévu de tester et d’examiner environ 25 000 personnes issues de la population et de groupes professionnels spécifiques de manière échelonnée d’ici à octobre 2020. Un test sanguin révèle si une infection au coronavirus a eu lieu. Les anticorps dans le sang indiquent qu’une infection est survenue.

Nous soutenons l'étude en termes de contenu et de financement. Ses résultats fournissent notamment des informations
substantielles aux décideurs politiques aux niveaux national et cantonal. Ils leur permettront de déterminer prochaines mesures pour gérer l'épidémie et d’envisager ultérieurement un programme de vaccination en Suisse.

Lien : https://www.corona-immunitas.ch/

Comité consultatif scientifique

La Confédération met en place un comité consultatif scientifique, la « Swiss National COVID-19 Science Task Force », regroupant des chercheurs issus de l’ensemble du paysage des hautes écoles. Cette task force est dirigée par Matthias Egger, président du Conseil national de la recherche du Fonds national suisse (FNS). Ses mandants sont la cellule de crise instaurée par le Conseil fédéral pour gérer la crise du coronavirus, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).

Par ses activités, la « Swiss National COVID-19 Science Task Force » apportera sa contribution à la maîtrise de la pandémie. Elle met ses compétences dans le domaine de la science et de la recherche à la disposition des autorités politiques compétentes.

Des informations détaillées sont disponibles sur le site Internet de la Swiss National COVID-19 Science Task Force.

Gestion de la crise du coronavirus : la Confédération veut inclure les organisations et les groupes

L’État-major du Conseil fédéral chargé de gérer la crise du coronavirus (EMCC) a mis sur pied le « Point de contact Société civile COVID-19 ». Ce dernier propose une plate-forme d’échanges avec la société civile. En d’autres termes, des organisations et des groupes à but non lucratif et politiquement indépendantes peuvent envoyer des demandes et des contributions au point de contact, qui les regroupe et les examine.

But du « Point de contact Société civile COVID-19 » :

  • Impliquer la société civile dans la gestion de la crise du coronavirus
  • Faciliter et améliorer les échanges entre l’administration et la société civile
  • Mieux exploiter le potentiel des initiatives de la société civile
  • Contribuer à gérer la crise du coronavirus

Le Point de contact Société civile se fera un plaisir de traiter vos demandes et vos contributions. Des informations complémentaires ainsi que le formulaire de contact se trouvent sur le site Point de contact Société civile COVID-19.

Point de presse, 29 mai 2020, 14 h

Documents

downloads

Documents à télécharger dans différentes langues

Campagne d'information « Voici comment nous protéger » : affiches, vidéos et consignes en plusieurs langues, y compris celles de la population migrante

Communiqués

Javascript est requis pour afficher les communiqués de presse. Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas activer Javascript, veuillez utiliser le lien ci-dessous pour accéder au portail d’information de l’administration fédérale.

Vers le portail d’information de l’administration fédérale

Informations complémentaires

Langue facile à lire

Règles et interdictions du Conseil fédéral, informations sur le coronavirus, situations où vous devez rester à la maison

Langue des signes

Règles et interdictions du Conseil fédéral, informations sur le coronavirus, situations où vous devez rester à la maison

Questions fréquentes

Infection, tests, grossesse, symptômes, traitement, protection, masques, inhumations, assouplissements, endiguement, application SwissCovid, enfants, écoles, sport, voyages

Mesures et ordonnance

Mesures, assouplissements, conditions requises pour ouvertures, événements ou activités autorisés, interdictions toujours en vigueur, sanctions, rapport explicatif

Dernière modification 03.06.2020

Début de la page

Contact

En raison de la situation extraordinaire, nous ne pouvons pas répondre aux demandes par écrit.

Informez-vous sur notre site internet, que nous mettons à jour en permanence.

La page Coordonnées et liens vous fournit des coordonnées, notamment d’autres organes fédéraux et des cantons.

Imprimer contact

Des symptômes? Faites l'auto-évaluation coronavirus. Cliquez ici.
https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/situation-schweiz-und-international.html