Coronavirus : masques

Le port du masque est obligatoire dans de nombreux endroits en Suisse. En règle générale : portez un masque lorsque vous n’êtes pas à la maison et que vous ne pouvez pas constamment respecter la distance avec les autres personnes. Le masque doit toujours recouvrir le nez et la bouche.

Types de masques

Différents masques et protections faciales sont commercialisés. Vous trouverez ci-dessous des informations pour savoir quel type de masque porter suivant la situation et les exigences de qualité qu’ils doivent respecter.


Masques d’hygiène / masques faciaux médicaux (masques chirurgicaux, masques OP, éventuellement dotés d’une fenêtre transparente)

Image masques d’hygiène

Veillez à utiliser des masques d’hygiène qui remplissent les normes suivantes :

  • Norme : EN 14683
  • Informations sur l’emballage : marquage CE et indications sur le fabricant, dont son adresse

Les masques d’hygiène conformes à la norme EN 14683 se classent en trois types (type I, II et IIR), en fonction de leur efficacité de filtration. Nous recommandons les trois types pour l’usage quotidien.

Utilisés correctement, les masques d’hygiène protègent surtout les autres personnes d’une infection (protection d’autrui). Ils protègent aussi leur porteur dans une certaine mesure (protection de soi).


Masques communautaires (masques industriels en tissu, éventuellement dotés d’une fenêtre transparente)

Image masque communautaire

Ces masques ne sont soumis à aucune norme de qualité légalement contraignante. Veillez à utiliser des masques communautaires qui portent une mention de la règle « SNR 3000 » de l’Association suisse de normalisation.

Les masques communautaires qui portent le marquage « SNR 30000 » devraient répondre aux exigences minimales de la Science Task Force. L’efficacité de ces masques est comparable à celle des masques d’hygiène (voir plus haut). Sur le site Internet de la Science Task Force, vous trouverez la dernière recommandation ainsi que des informations détaillées sur les exigences.

Les masques communautaires peuvent porter un label (p. ex.TESTEX ou SQTS (en allemand)) s’il a été vérifié qu’ils répondent aux exigences minimales de la Science Task Force.

Utilisés correctement, les masques communautaires protègent surtout les autres personnes d’une infection. Ces masques offrent également, dans une certaine mesure, une protection à la personne qui le porte. Respectez toujours les indications du fabricant concernant la manipulation et l’entretien des masques communautaires.

Les tours de cou, que vous pouvez par exemple porter en faisant du ski, font également partie des masques communautaires et doivent respecter les recommandations de la Science Task Force.


Masques de protection respiratoire (filtering face piece (FFP), masques FFP2/FFP3)

Image masque de protection respiratoire

(Ces masques sont également proposés dans le commerce sous une norme similaire avec la désignation N95 (fabriqués aux États-Unis) ou KN95 (fabriqués en Chine))

Les masques de protection respiratoire doivent remplir les exigences suivantes :

  • Norme : EN 149
  • Désignation imprimée : EN 149 (indication de l’année) FFP2, plus marquage CE
  • Forme et taille : il convient de choisir la forme et la taille qui conviennent à la forme du visage.

Les masques de protection respiratoire, tels que les masques FFP2, sont conçus de manière à ce que l’air expiré et l’air inspiré passent tous deux à travers le matériau filtrant, ce qui permet de filtrer les particules potentiellement chargées de virus. De nombreuses études en laboratoire l’ont d’ailleurs confirmé.

Cet effet n’est obtenu que dans une moindre mesure avec d’autres masques, comme les masques d’hygiène. L’efficacité du filtre des masques de protection respiratoire est donc supérieure aux autres masques et permet de se protéger et de protéger en plus les autres contre les aérosols.

Un masque de protection respiratoire doit être parfaitement adapté à la forme du visage et bien épouser le visage à tout moment. Il ne doit y avoir aucun espace entre le masque et la peau, sinon l’air passe en grande partie par la fente et peut même être propagé par le flux d’air forcé. L’air inspiré n’est alors pas filtré non plus, mais circule plutôt à travers les fentes sans être filtré. Cela vaut particulièrement pour les parties situées à droite et à gauche du nez, qui doivent être ajustées étroitement à la forme du nez à l’aide de la tige en métal. En général, les masques de protection respiratoire ne peuvent pas être portés de manière suffisamment ajustée par les personnes pourvues d’une barbe. En le portant, il faut veiller à ce que le masque ne glisse pas, par exemple en parlant ou en faisant d'autres mouvements, car cela créerait des fentes.

Les masques FFP2 sont actuellement recommandés surtout pour la prise en charge de patients lors de certains contacts à risque, par exemple en cas de contact étroit avec les voies respiratoires de patients atteints de COVID-19 ou dans des situations où des aérosols risquent d'être libérés ou accumulés plus fortement, p. ex. en cas de mauvaise ventilation de la pièce. Pour plus d’informations, consultez les recommandations (allemand/anglais) du Centre national de prévention des infections (Swissnoso).

Au quotidien (p. ex. lors d’achats au magasin), les masques chirurgicaux offrent une protection suffisante. Toutefois, les personnes qui se sentent plus en sécurité en portant un masque FFP2 et qui souhaitent obtenir une protection supplémentaire ou porter un tel masque pour d’autres raisons peuvent le faire à tout moment, par exemple lors d’une rencontre avec des personnes vulnérables.

En résumé : pour un usage privé, au quotidien, les masques d’hygiène sont suffisants. Les personnes qui se sentent plus en sécurité avec des masques de protection respiratoire peuvent les utiliser.

Il existe également des masques avec valve sur le marché. Nous ne les recommandons expressément PAS pour le quotidien, car ils ne filtrent pas l’air expiré et contribuent plutôt à propager le virus.

Remarque générale : notre avis sur les masques de protection respiratoire se fonde sur l’état actuel des connaissances. Si l’évolution de la situation ou de nouvelles connaissances scientifiques l’exigent, nous adapterons nos recommandations.


Autres masques (cousus soi-même, do-it-yourself, etc.)

Image masque fabrique soi-même

Pour ces masques, il n’existe pas de normes de qualité contraignantes. La qualité et la protection des masques cousus soi-même peuvent donc être très variables. Dès lors, nous ne pouvons pas faire de déclaration générale sur la protection qu’ils offrent.

De manière générale, on peut dire que pour protéger les personnes qui les portent, les masques cousus soi-même doivent présenter les mêmes caractéristiques que les modèles communautaires produits industriellement. Ils doivent en particulier bien épouser la forme du visage et être constitués de deux ou, encore mieux, de trois couches au tissage dense.


Écharpe ou foulard

Image écharpe

Une écharpe ou un foulard ne protège pas suffisamment d’une infection et n’offre qu’une protection limitée pour protéger autrui. Aucun des deux ne peut donc remplacer un masque.


Protections faciales transparentes

Il existe également des masques et des protections faciales transparents. Nous ne recommandons pas la plupart de ces produits pour le quotidien, mais plutôt dans certaines conditions exceptionnelles.

Masques à fenêtre transparente

Image masque à fenêtre transparente

Vous pouvez porter des masques à fenêtre transparente, à condition qu’ils répondent aux mêmes normes que les masques d’hygiène et les masques communautaires (voir l’énumération plus haut).


Visières

Image visière

Les visières ne peuvent pas remplacer un masque. Elles sont fixées au front de manière lâche. Elles protègent les yeux d’une contamination par gouttelettes, mais ne garantissent pas d’être protégé contre une transmission aérogène. Elles ne peuvent donc servir qu’en complément à un masque et uniquement dans la situation exceptionnelle suivante :


Protections faciales en plastique transparent

Image protection faciale en plastique transparent

Il existe également sur le marché des protections faciales en plastique transparent, dont la forme rappelle celle d’un masque : elles couvrent le nez et la bouche, épousent étroitement les côtés du visage et vont jusqu’en dessous du menton, où elles possèdent une ouverture pour laisser passer l’air expiré. Nous ne recommandons l’utilisation d’une telle protection que dans la situation exceptionnelle suivante :  


Écrans faciaux en plastique

Image écran facial en plastique

Les écrans faciaux en plastique qui se portent au menton protègent contre les postillons, mais pas contre une infection transmise par l’air expiré. Vous ne pouvez donc pas les utiliser en remplacement d’un masque.


Consultez la rubrique Liens pour des informations complémentaires de Swissmedic et de la Science Task Force.

Utilisation correcte

Veuillez respecter les règles suivantes lorsque vous utilisez un masque.

  • Utilisation : il est important que le masque couvre le nez et la bouche en tout temps. Lavez-vous ou désinfectez-vous toujours les mains avant de le mettre et après l’avoir enlevé. Touchez le masque le moins possible. Les masques communautaires peuvent être réutilisés, car ils sont lavables. Les masques d’hygiène ne devraient être utilisés qu’une seule fois.
  • Réutilisation : si vous utilisez plusieurs fois votre masque (par exemple parce que vous ne l’avez porté que peu de temps), l’hygiène des mains et la bonne utilisation et conservation du masque sont essentielles. Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains avant et après avoir mis et enlevé le masque, et touchez-le le moins possible. Important : si vous êtes atteint d’une affection aiguë des voies respiratoires, portez des masques d’hygiène et ne les réutilisez pas.
  • Conservation en cas de réutilisation : l’idéal est de suspendre votre masque à un crochet après l’avoir utilisé, de manière à ce qu’il ne touche aucun autre objet. Si ce n’est pas possible, conservez-le dans un sachet en papier, une enveloppe ou un sac en tissu. Ainsi, vous pourrez emporter votre masque sans risquer qu’il ne touche d’autres objets et que des virus ne s’y propagent. Les sachets et les pochettes en plastique ne sont pas adaptés pour conserver un masque, car ils ne laissent pas passer l’air : les masques ne peuvent donc pas sécher. De plus, les virus survivent plus longtemps sur du plastique que sur du papier.
  • Lavage : les masques d’hygiène ne doivent pas être lavés. Les masques communautaires doivent être lavés selon les indications du fabricant.
  • Durée : vous pouvez porter un masque d'hygiène pendant quatre heures au maximum, en veillant à le changer régulièrement. Si le masque est humide, cela peut indiquer qu’il a été porté pendant trop longtemps. Pour les masques communautaires, suivez les indications du fabricant.
  • Élimination : les masques d’hygiène peuvent être jetés à la poubelle avec les déchets normaux. Faites attention à ce que le masque ne touche rien d’autre que les déchets. Refermez soigneusement le sac poubelle. Lorsque vous êtes hors de chez vous, vous pouvez jeter votre masque dans une poubelle publique. Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains après avoir touché un masque usagé.
  • Barbe : à l'exception des masques de protection respiratoire (voir ci-dessus), le fait de porter une barbe ou non n'a aucune importance. L’important est que le masque recouvre le nez et la bouche.

Achat de masques

Vous pouvez acheter des masques d’hygiène et des masques communautaires dans le commerce de détail ou sur internet. Lorsque vous achetez un masque communautaire, vérifiez bien qu’il remplisse la recommandation donnée par la Science Task Force. Vous trouverez toutes les informations concernant les différents types de masques et les exigences qu’ils doivent remplir dans la rubrique Types de masques.

Les masques ne sont pas remboursés par votre caisse-maladie. Si vous ne pouvez pas vous permettre cette dépense supplémentaire, adressez-vous aux services sociaux locaux.

Port du masque au quotidien

Le port du masque est obligatoire en Suisse dans les espaces clos d’installations et d’établissements accessibles au public. Vous trouverez des informations à la rubrique Port du masque obligatoire dans toute la Suisse.

De manière générale, il est recommandé, même là où le port du masque n’est pas obligatoire, de toujours en porter un lorsque vous ne pouvez pas garder la distance de 1,5 mètre avec les autres personnes et qu’il n’y a pas de protection physique (p. ex. des parois de séparation). Le port du masque est particulièrement important dans des espaces fermés et mal ventilés. Le masque devrait par exemple également être porté durant les trajets en voiture en présence d’autres personnes.

Porter un masque au quotidien permet surtout de protéger les autres personnes. Une personne infectée peut être contagieuse même en l’absence de symptômes. Ainsi, si tout le monde porte un masque dans un espace étroit, chaque personne est protégée des autres. Les masques ne garantissent pas une protection à 100 %, mais ils peuvent contribuer à ralentir la propagation du nouveau coronavirus.

Port du masque obligatoire dans toute la Suisse

Vous trouverez des informations sur les situations et les lieux où le port du masque est obligatoire ci-après. En plus des prescriptions nationales, les cantons peuvent prévoir une obligation de porter un masque dans d’autres zones et contextes (p. ex. école primaire). Respectez également les prescriptions cantonales.

Exceptions à l’obligation du port du masque

Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas tenus de porter de masque (sous réserve de mesures cantonales). Il existe des masques adaptés à leur taille. Il est également possible de plier les masques pour adultes et de raccourcir les lanières pour les ajuster au visage des enfants (recommandé pour les masques d’hygiène).

Exceptions générales à l’obligation du port du masque. Vous ne devez pas porter de masque (indépendamment de votre âge) dans les cas suivants :

  • Vous pouvez attester que vous ne pouvez pas porter de masque pour des raisons particulières, comme des blessures au visage, de grandes difficultés respiratoires, des maladies telles que la démence et Alzheimer, des angoisses lors du port du masque et des handicaps divers qui empêchent d’en porter un. Pour justifier de raisons médicales, la personne exemptée de l'obligation de porter un masque doit présenter une attestation délivrée par un médecin ou un psychothérapeute. Vous trouverez des informations détaillées à la rubrique Documents pour la fiche d’information du BFEH et de l’OFSP concernant l’exception du port du masque pour certaines personnes en situation de handicap.
  • Vous avez recours à une prestation médicale ou cosmétique au visage.
  • Vous travaillez dans une structure d’accueil extra-familial, par exemple dans une crèche, et le port du masque complique fortement la prise en charge. Ces situations doivent être réglées dans le plan de protection.
  • Vous intervenez lors d’une manifestation ou dans une structure, par exemple en tant qu’orateur.
  • Vous pratiquez une activité sportive ou culturelle.
  • Vous vous trouvez à une manifestation où l’accès est limité aux personnes vaccinées ou guéries qui doivent en outre présenter un résultat de test négatif (2G+).

Questions fréquentes (FAQ)

Informations complémentaires

Vous trouverez des informations complémentaires à ce sujet à l’aide des liens suivants :  

Informations complémentaires

Voici comment nous protéger

Règles de conduite et d'hygiène : se faire vacciner, garder ses distances, se laver les mains, tousser/éternuer dans un mouchoir/le creux du coude, rester à la maison en cas de symptômes, règles concernant les masques et le télétravail

Mesures et ordonnances

Mesures, assouplissements, conditions requises pour ouvertures, événements ou activités autorisés, interdictions toujours en vigueur, sanctions, rapport explicatif

Dernière modification 14.01.2022

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Infoline coronavirus
Tél. +41 58 463 00 00

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/masken.html