Nouveau coronavirus : plans et mesures de protection

Sur cette page, vous trouverez des informations sur les plans de protection destinés aux cabinets et aux établissements des professionnels de la santé ainsi que sur les mesures de protection recommandées à ces professionnels et aux personnes vulnérables.

En vertu de l'ordonnance COVID-19 situation particulière, les cabinets et les établissements des professionnels de la santé doivent disposer d'un plan de protection adapté à leur situation et à leur exploitation. L'annexe de l'ordonnance décrit les principes de base pour prévenir les transmissions.

En raison de la propagation mondiale du SARS-CoV-2 le matériel de protection (masques, lunettes, surblouses, gants) doit être utilisé de manière adéquate. Actuellement, la disponibilité des masques d’hygiène est suffisante pour introduire le port du masque généralisé à tous les professionnels (de la santé) qui examinent ou soignent des patients, des résidents ou des clients sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 1,5 mètre.

Les règles d’hygiène et de conduite de la campagne de l’OFSP « Voici comment nous protéger » s’appliquent à tous, également aux professionnels de la santé. Les affiches et les dépliants peuvent être téléchargés et commandés sur www.ofsp-coronavirus.ch.

Mesures de protection dans le domaine de la santé

Les mesures de précaution en cas de suspicion ou de confirmation du COVID-19 pour un patient hospitalisé figurent sur le site internet de Swissnoso : www.swissnoso.ch

Les principaux modes de transmission connus à l’heure actuelle

  • les contacts étroits et prolongés : quand on se tient à moins de 1,5 mètre d’une personne infectée. Plus le contact est long et rapproché, plus le risque d'infection est probable.
  • les gouttelettes : si une personne malade tousse ou éternue, les virus peuvent atteindre directement les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux.
  • les mains : des gouttelettes infectieuses peuvent se trouver sur les mains après avoir toussé, éternué ou touché des surfaces contaminées. Elles atteignent ensuite la bouche, le nez ou les yeux lorsqu’on se touche le visage.

Plans de protection dans les cabinets et les établissements des professionnels de la santé

Conformément à l’art. 4 de l'ordonnance COVID-19 situation particulière, les installations et les établissements accessibles au public doivent élaborer et mettre en œuvre un plan de protection. Les cabinets et les établissements des professionnels de la santé doivent donc aussi disposer d’un plan de protection garantissant que le risque de transmission est réduit pour les patients et les clients. Ils doivent veiller à respecter les règles d'hygiène et de distance. Une distance inférieure à celle préconisée n'est autorisée que si des mesures de protection adaptées, comme le port d'un masque ou la mise en place de séparations, peuvent être considérées.

Pour les hôpitaux, les médecins établis en cabinet et les professionnels (de la santé) qui traitent des patients COVID-19, il existe des recommandations spécifiques concernant le matériel de protection et la prise en charge des malades. Les plans de protection pour l'exploitation des cabinets médicaux et celui consacré aux thérapies de groupe, qui vient les compléter, sont disponibles sur le site internet de la FMH, à la rubrique « Informations actuelles sur le coronavirus ».

Important : si les personnes vulnérables ne sont plus spécifiquement protégées par la loi, elles présentent cependant toujours un risque accru de complications. Vous trouverez des informations supplémentaires dans le chapitre Mesures de protection pour les personnes vulnérables.

Achat du matériel de protection

Fondamentalement, les organisations privées et publiques sont responsables de leur propre approvisionnement de matériel de protection. La Confédération peut, à titre subsidiaire, acquérir de tels biens en cas de pénurie. Les organisations et les professionnels actifs dans le secteur des soins peuvent déposer leurs demandes de soutien directement auprès du service compétent dans leur canton (généralement les pharmaciens cantonaux). Une liste des pharmaciens cantonaux se trouve sous https://www.kantonsapotheker.ch/fr/die-kav/kontakt.  

Masques de protection

L'OFSP recommande le port d’un masque d’hygiène (masques chirurgicaux, masques OP) aux :

  • Professionnels (de la santé) qui examinent ou soignent des patients, des résidents ou des clients sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 1,5 mètre.
  • Personnes qui travaillent dans le domaine de la santé et qui fournissent des prestations qui impliquent un contact étroit (moins de 1,5 mètre) avec des patients, des résidents ou des personnes vulnérables (par exemple lors du nettoyage des chambres dans les établissements de soins ou lors de la maintenance d’appareils médicaux à domicile).
  • Aux personnes ayant des symptômes d’une affection aiguë des voies respiratoires qui doivent sortir de chez elles (p. ex. pour une consultation médicale). En l’absence de masque d’hygiène, une distance de 1,5 mètre doit être maintenue avec l’entourage.

L'OFSP recommande le port d’un masque de protection FFP2/3 au :

  • Professionnels (de la santé) directement exposé lors d’activités comportant un grand risque de formation d’aérosols chez des personnes dont le COVID-19 a été confirmé ou fait l’objet d’un soupçon fondé.

    Il est recommandé de porter un masque FFP2 jusqu’à 30 minutes après l’activité comportant un grand risque de formation d’aérosols et aussi longtemps que la personne malade est dans la pièce.

    Les masques FFP2 peuvent être portés durant un service complet.

Swissnoso définit les activités comportant un grand risque de formation d’aérosols (par exemple: intubation, ventilation non-invasive, bronchoscopie, laryngoscopie). Ces recommandations se trouvent sur leur site internet : www.swissnoso.ch.

Il existe désormais suffisamment de données scientifiques montrant que le SARS-CoV-2 se transmet par contact étroit et par gouttelettes. Les masques d’hygiène sont suffisants pour protéger des infections par gouttelettes, lors de procédures médicales ne générant que peu d’aérosols. Les frottis naso-pharyngés ne sont pas des procédures entraînant la formation d’un aérosol important, un masque d’hygiène est donc suffisant.

Utilisation correcte des masques d’hygiène

  • Avant de mettre le masque d’hygiène, se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec un produit désinfectant.
  • Mettre avec précaution le masque de manière à couvrir le nez et la bouche, puis le serrer afin qu’il épouse bien le visage.
  • Ne plus toucher le masque après l’avoir mis. Après chaque contact avec un masque d’hygiène usagé, par exemple en l’enlevant, se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec un produit désinfectant.
  • En cas de disponibilité limitée, les masques d’hygiène (type II ou type IIR) peuvent être portés jusqu’à 8 heures de temps, même s'ils sont humides.
  • En principe, 1 masque au maximum devrait être porté pour une période de 8 heures et au maximum 2 masques pour une période de 12 heures. Les masques d’hygiène (de type II ou de type IIR) peuvent être changés plus souvent dans certaines situations, par exemple si le professionnel de la santé va prendre soin d’un patient non infectieux après avoir donné des soins à un patient infectieux ou lors des pauses.
  • Si la disponibilité des masques le permet, lors de soins à domicile, les masques sont changés entre chaque patient.  

Gants, surblouses et lunettes de protection

L'OFSP recommande le port de gants et de surblouses aux :

  • Professionnels (de la santé) qui examinent ou soignent des personnes dont le COVID-19 est confirmé ou fait l’objet d’un soupçon fondé sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 1,5 mètre d’elles.

L'OFSP recommande le port de protections oculaires ou de lunettes de protection aux :

  • Professionnels (de la santé) qui réalisent des frottis naso-pharyngés et des frottis de gorge à la recherche de SARS-CoV-2 chez des personnes avec des symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires (p. ex. toux, maux de gorge, souffle court avec ou sans fièvre, sensation de fièvre ou douleurs musculaires).
  • Professionnels (de la santé) directement exposés aux sécrétions respiratoire ou lors d’activités comportant un grand risque de formation d’aérosols (comme défini par Swissnoso) chez des personnes dont le COVID-19 fait l’objet d’un soupçon fondé ou est confirmé.

Chaque professionnel utilise la même paire de lunettes aussi longtemps que possible. Les lunettes réutilisables doivent être désinfectées après chaque utilisation et conservées à l'abri de la poussière.

Stratégie de réutilisation du matériel de protection en cas de pénurie

Des stratégies pour la réutilisation du matériel de protection peuvent être appliquées. Ces stratégies doivent néanmoins être développées par des équipes expérimentées et accompagnées d’une hygiène des mains irréprochable. Un exemple de stratégie de réutilisation des masques d’hygiène est décrit dans les recommandations de Swissnoso disponibles sur leur site internet : www.swissnoso.ch.

Mesures de protection pour les personnes vulnérables

Dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, la protection de la santé des personnes vulnérables, qui présentent un risque accru d’évolutions sévères, demeure essentielle.

Pour ces personnes, les règles d'hygiène et de conduite suivantes de la campagne « Voici comment nous protéger » sont donc essentielles :

  • Se laver régulièrement et soigneusement les mains.
  • Toujours garder la distance nécessaire avec les autres personnes (au moins 1,5 mètre), même lors de rencontres avec des amis ou des membres de la famille.
  • Éviter les heures de pointe et les lieux avec beaucoup de personnes (p. ex., les gares ou les transports publics durant les navettes, les achats le samedi, etc.).
  • Des offres de soutien (p. ex. pour les achats) sont disponibles via différentes organisations, les communes ou internet.

Quelles sont les personnes vulnérables ?

Les personnes particulièrement à risque présentent un risque accru de complications graves. En font partie les personnes âgées, les femmes einceintes et celles déjà atteintes d’une maladie. Les groupes suivants doivent être particulièrement protégés :

Les personnes de 65 ans et plus

Les femmes enceintes

Les adultes atteints d’une des maladies suivantes :  

  • de l’hypertension artérielle
  • des maladies cardio-vasculaires
  • du diabète
  • des maladies chroniques des voies respiratoires
  • un cancer
  • une faiblesse immunitaire due à une maladie ou à une thérapie
  • obésité de classe III (morbide, IMC ≥ 40 kg/m2)

Des études suggèrent que les symptômes du COVID-19 sont plus sévères chez les personnes à forte obésité (IMC de 40 kg/m2 ou plus), indépendamment des autres maladies dont elles souffrent déjà. Elles sont également considérées comme vulnérables.

Le risque d’une évolution sévère est faible chez les enfants. Les données actuellement disponibles ne permettent pas d’établir clairement une limite d’âge à partir de laquelle le risque encouru par un adolescent atteint d’une des maladies listées ci-dessus augmenterait de manière significative. Seule une évaluation médicale individuelle peut déterminer si un adolescent atteint d’une maladie préexistante a besoin de mesures de protection particulières. Dans ce contexte, aussi bien le risque d’exposition que la gravité de la maladie doivent être pris en compte.

Lorsqu'il précise les catégories de personnes vulnérables, l'OFSP tient compte de l'état actuel de la science et des évaluations des sociétés suisses de discipline médicale. Il met à jour en permanence ces catégories, qui figurent dans le document Catégories de personnes vulnérables (PDF, 171 kB, 24.06.2020).


Informations complémentaires

Informations pour les professionnels de la santé

Nouveautés, documents, plans et mesures de protection, prise en charge des malades et de leurs contacts, questions fréquentes, traçage des contacts

Documents actualisés

Les professionnels de la santé trouveront ici les documents actualisés avec des recommandations, des informations et les liens les plus importants.

Prise en charge des malades et de leurs contacts

En raison de la forte augmentation des cas de COVID-19 en Suisse, la probabilité qu'une personne souffrant d'une affection aiguë des voies respiratoires soit infectée par le nouveau coronavirus est maintenant élevée. Par ailleurs, il faut prendre toutes les mesures nécessaires possibles pour ralentir la propagation du virus. Toutes les personnes présentant des symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires et leurs proches doivent rester à la maison. Ainsi le système de santé peut donner la priorité aux cas les plus graves ainsi qu’aux personnes vulnérables, et cela permet d’éviter que des personnes contagieuses ne mobilisent inutilement le système de santé.

Questions fréquemment posées

Vous trouverez ici les réponses aux questions fréquentes des professionnels de la santé.

Dernière modification 05.08.2020

Début de la page

Contact

Nous ne répondons pas par écrit aux demandes en lien avec le COVID-19.

Informez-vous sur notre site internet, que nous mettons à jour en permanence.

La page Coordonnées et liens vous fournit des coordonnées, notamment d’autres organes fédéraux et des cantons.

Tél.
+41 58 462 21 00

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/information-fuer-die-aerzteschaft/schutzmassnahmen.html