Variole du singe

Depuis mai 2022, les cas de variole du singe répertoriés en Europe et ailleurs sont en augmentation. La Suisse est également touchée. La maladie se transmet par contact étroit. Il convient de consulter un médecin en cas de symptômes.

Évaluation de la situation actuelle

En Suisse, le premier cas déclaré de variole du singe est survenu le 19 mai 2022. La surveillance de cette maladie a débuté le 21 mai 2022. Rapportés dans un premier temps comme résultats exceptionnels, les cas de variole du singe sont soumis à la déclaration obligatoire depuis le 20 juillet 2022.

Jusqu'à présent, nous avons publié tous les cas de variole du singe confirmés dans les laboratoires suisses. Depuis le 17 août 2022, nous ne publions que les cas confirmés de personnes domiciliées en Suisse ou dans la Principauté de Liechtenstein.

18 août 2022, 21 h

Nouveaux

Total depuis le 21 mai 2022

Cas confirmés en laboratoire
(personnes résidant en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein)

4 396
Mise à jour effectuée les jours ouvrables. Chaque lundi, nous publions les cas déclarés du jeudi à 21 heures au lundi à 11 heures. Les autres jours de la semaine se réfèrent aux cas déclarés la veille jusqu’à 21 heures.

Évolution des chiffres en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein

Figure 1 : courbe cumulative du nombre de cas de variole du singe confirmés en laboratoire (données associées dans le tableau Excel)
Figure 1 : courbe cumulative du nombre de cas de variole du singe confirmés en laboratoire
Figure 2 : courbe épidémiologique du nombre de cas de variole du singe confirmés en laboratoire par semaine (données associées dans le tableau Excel)
Figure 2 : courbe épidémiologique du nombre de cas de variole du singe confirmés en laboratoire par semaine
Figure 3 : répartition géographique des cas de variole du singe confirmés en laboratoire en Suisse en fonction de l’incidence par canton (cas pour 100 000 habitants). (données associées dans le tableau Excel)
Figure 3 : répartition géographique des cas de variole du singe confirmés en laboratoire en Suisse en fonction de l’incidence par canton (cas pour 100 000 habitants)
Figure 4 : cas de variole du singe confirmés en laboratoire en Suisse, par âge et par genre (données associées dans le tableau Excel)
Figure 4 : cas de variole du singe confirmés en laboratoire en Suisse, par âge et par genre

Les données présentées ainsi que le nombre de cas par canton sont disponibles au format Excel :

Le 23 juillet 2022, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’« urgence de santé publique de portée internationale » concernant l’épidémie de variole du singe. Pour l’instant, nous continuons toutefois d’estimer que le danger pour la population est modéré, bien que les cas soient en légère hausse en Suisse aussi. À ce jour, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) constituent le groupe de population le plus touché. À notre demande, l’Aide suisse contre le sida sensibilise et informe régulièrement cette communauté. L’épidémie n’a pour l’instant pas touché d’autres groupes de la population, mais nous ne pouvons pas exclure une telle évolution.

Nous appelons tous les acteurs de la santé ainsi que toutes les personnes concernées et leurs contacts à soutenir la détection précoce des personnes infectées afin d’endiguer et de gérer l’épidémie.

Transmission de la maladie

Le virus de la variole du singe (qui appartient au genre Orthopoxvirus) est considéré comme modérément transmissible à l’être humain. Dans la flambée actuelle en Suisse, la transmission de la maladie est jusqu’ici interhumaine, par contact étroit avec une personne infectée.

Modes de transmission

  • la peau ou les muqueuses (yeux, nez, bouche, organes génitaux, etc.),
  • des vésicules et des lésions cutanées (sécrétions ou sang infectés),
  • des sécrétions des voies respiratoires ou de grosses gouttelettes respiratoires,
  • un contact indirect avec des objets récemment contaminés (p. ex. literie vêtements, linges, habits, articles d’hygiène, poignées de porte).

Il n’est actuellement pas certain que la variole du singe puisse également se transmettre par le sperme ou les sécrétions vaginales.

Il est toutefois avéré que le virus peut être transmis par contact direct avec la peau et les muqueuses, y compris lors de rapports sexuels.

La maladie peut être transmise par toutes les personnes infectées à d’autres personnes lors de contacts étroits. Tout contact sexuel avec une personne infectée augmente la probabilité d’une transmission. Le risque d’infection augmente si la personne change souvent de partenaires.

Une personne infectée est contagieuse depuis l’apparition des symptômes jusqu’à la fin de l’éruption cutanée, c’est-à-dire jusqu’à ce que les dernières croûtes sur la peau soient tombées (voir section « Symptômes et évolution de la maladie » ci-dessous).

Actuellement, ce sont surtout (mais pas exclusivement) les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH) qui présentent un risque accru d’infection.

Aide suisse contre la sida

Vous trouverez plus d’informations sur :
Variole du singe : Aide Suisse contre le Sida
Variole du singe : Dr. Gay

L’Aide suisse contre le sida informe régulièrement la communauté HSH sur la variole du singe et mène une campagne d’information sur mandat de l’OFSP.

Symptômes et évolution de la maladie

Symptômes de la maladie

Les symptômes peuvent survenir jusqu’à 21 jours après un contact étroit avec une personne infectée par la variole du singe :

  • éruption cutanée aiguë ou lésions isolées (d’abord des vésicules, puis des pustules et enfin des croûtes),
  • gonflement des ganglions,
  • inflammations dans la région génitale et anale,
  • fièvre (>38.5° C),
  • frissons,
  • céphalées, douleurs musculaires et dorsales
  • grande fatigue.

L’intensité des symptômes varie d’une personne à l’autre. Dans le cadre de l’épidémie actuelle, certaines maladies ne présentent que des symptômes isolés ou légers. L’éruption cutanée est souvent discrète, ne comportant que quelques vésicules ou pustules isolées. Dans certains cas, elle est limitée à la région génitale. Chez certaines personnes atteintes, l’éruption est complètement absente.

On ne sait pas encore dans quelle mesure des infections asymptomatiques (sans aucun symptôme de maladie) peuvent survenir.

Exemples de lésions cutanées provoquées par la variole du singe :

Exemples de lésions cutanées provoquées par la variole du singe :
Illustration : UK Health Security Agency (Monkeypox: background information - https://www.gov.uk/guidance/monkeypox)

Évolution de la maladie

La période entre l’infection et le début de la maladie (= période d’incubation) est généralement de 5 à 21 jours (source OMS).

En général, l’évolution de la maladie est modérée. La plupart des personnes touchées se rétablissent en quelques semaines. Les personnes immunosupprimées, les femmes enceintes, les enfants ainsi que les personnes âgées qui n’ont pas été vaccinées contre la variole semblent présenter un risque plus élevé d’évolution grave.

Les complications rares de la variole du singe incluent des infections bactériennes secondaires telles que la pneumonie, la septicémie, l’encéphalite ou l’inflammation de la cornée.

Différence par rapport aux tableaux cliniques similaires

Lors d’une infection par la variole du singe, les lésions cutanées se trouvent généralement en même temps au même stade (d’abord des vésicules, puis des pustules et enfin des croûtes).

Dans le cas de la varicelle, les modifications de la peau interviennent à différents stades (vésicules, pustules et croûtes en même temps).

Le zona (herpès zoster), la syphilis (luès), l’herpès (VHS-1 ou VHS-2) ou certaines réactions allergiques peuvent parfois ressembler au tableau clinique de la variole du singe.

Éviter une plus grande propagation

Il n’existe pas de vaccin spécifique contre la variole du singe. Toutefois, les vaccins contre la variole de première et deuxième générations apportent une protection efficace. Ils ont été administrés dans le cadre du programme d’éradication de la variole, mené en Suisse jusqu’en 1972.

Pour immuniser les adultes contre la variole, un vaccin de troisième génération a été autorisé en Europe et aux États-Unis. Il offre également une bonne protection contre la variole du singe (environ 85 % d’efficacité). Ce vaccin n’est pour l’heure pas autorisé en Suisse. Des clarifications sont en cours concernant l’acquisition de vaccins.

Mesures principales et compétences

  • Les autorités sanitaires cantonales sont responsables du traçage des contacts (contact tracing) et des mesures visant à protéger la santé publique.
  • Les professionnels de la santé doivent se référer au site Internet dédié.
  • Sur mandat de l’OFSP, l’Aide suisse contre le sida sensibilise et informe la communauté HSH par une campagne sur son site Variole du singe : Aide Suisse contre le Sida et sur Variole du singe : Dr. Gay.
  • Dès les premiers signes typiques de la maladie ou après un contact avec une personne infectée, toute personne doit consulter un médecin le plus rapidement possible.
  • Nous recommandons aux personnes testées positives de suivre les recommandations de conduite des autorités cantonales compétentes. De plus amples informations sont disponibles sous la rubrique Vous avez eu un test positif pour la variole du singe.
  • Les personnes-contact devraient surveiller étroitement leur état de santé et s’adresser immédiatement à un médecin en cas de symptômes typiques. De plus amples informations sont disponibles sous la rubrique Vous avez eu un contact avec une personne infectée.

Traitement

On traite en premier lieu les symptômes de la maladie. Dans les cas particulièrement graves, un traitement antiviral peut être administré.

Vous avez des symptômes de la maladie

Vous présentez un ou plusieurs des symptômes listés sous Symptômes et évolution de la maladie ?

  • Consultez immédiatement un médecin.
  • Avant votre consultation : informez l’établissement de santé par téléphone que vous suspectez avoir contracté la variole du singe.
  • Évitez tout contact étroit, y compris des contacts sexuels, avec d’autres personnes jusqu’à ce qu’une infection par la variole du singe puisse être exclue.
  • Pendant toute la durée de la maladie (soit jusqu’à la chute des dernières croûtes), tenez-vous à l’écart de vos chats, rongeurs et autres mammifères (animaux domestiques et sauvages).
  • Si vous êtes malade ou avez été en contact avec une personne infectée et que vous prévoyez de donner votre sang, veuillez d’abord prendre contact avec Transfusion CRS Suisse à l’adresse suivante : medizin-bsd@blutspende.ch.

Pour savoir ce que vous devez prendre en compte ou respecter en cas d’infection confirmée par la variole du singe, voir la rubrique Vous avez eu un test positif pour la variole du singe.

Vous avez un risque élevé de transmission  

Vous faites partie d’un groupe à risque élevé d’infection ? Voir la rubrique Agent pathogène et transmission.

  • Observez votre état de santé.
  • En cas de symptômes, contactez immédiatement un médecin.

Vous avez eu un test positif pour la variole du singe

Les autorités cantonales compétentes fournissent aux personnes touchées les informations et les consignes concernant le comportement à adopter.

Nous recommandons à toutes les personnes testées positives de suivre les règles de conduite suivantes :

  • Évitez tout contact avec d’autres personnes jusqu’à ce que les dernières croûtes soient tombées.
  • Évitez tout contact sexuel pendant 21 jours après le test positif.
  • Une fois complètement guéri, utilisez un préservatif pendant huit semaines afin de protéger votre partenaire.
  • Les lésions de la peau contiennent le virus : si vous quittez la maison, par exemple pour une visite médicale, recouvrez les lésions et évitez de les toucher.
  • Veillez à une bonne hygiène des mains ; lavez-les ou désinfectez-les régulièrement.
  • Évitez de prendre les transports publics.
  • Ne partagez pas le linge de lit et de toilette avec d’autres personnes et lavez le linge usagé à 60 degrés minimum. Ne partagez pas la vaisselle et lavez-la soigneusement avec du liquide vaisselle (si possible au lave-vaisselle).
  • Nettoyez soigneusement les surfaces et autres objets utilisés par d’autres personnes après chaque utilisation ou désinfectez-les régulièrement.
  • La variole du singe peut se transmettre des humains aux animaux : pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à la disparition de tous les symptômes et notamment jusqu’à la chute des dernières croûtes), tenez-vous à l’écart des animaux (y c. domestiques). Vous trouverez les questions et réponses les plus fréquentes sur la santé animale en rapport avec la variole du singe sur la page Surveillance des zoonoses (Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV).
  • Si vous prévoyez de donner votre sang, veuillez d’abord prendre contact avec Transfusion CRS Suisse à l’adresse suivante : medizin-bsd@blutspende.ch.

Vous avez eu un contact avec une personne infectée

  • Mesurez votre température et contrôlez votre état de santé tous les jours.
  • En cas de changement de votre état de santé : téléphonez à un médecin et informez l’établissement de santé que vous avez eu un contact proche avec une personne atteinte de variole du singe.
  • Vous ne devriez pas avoir de relations sexuelles pendant 21 jours (ou jusqu’à l’exclusion d’un diagnostic de variole du singe).
    Évitez tout contact avec des mammifères, en particulier les rongeurs pendant 21 jours (ou jusqu’à l’exclusion d’un diagnostic de variole du singe).
  • Si vous êtes malade ou avez été en contact avec une personne infectée et que vous prévoyez de donner votre sang, veuillez d’abord prendre contact avec Transfusion CRS Suisse à l’adresse suivante : medizin-bsd@blutspende.ch.

Questions fréquentes (FAQ)

Occurrence de la maladie

Jusqu’à mai 2022, des infections isolées ou de petites flambées de la variole du singe ont occasionnellement été observées en Afrique occidentale et centrale. En dehors de ces régions, seuls quelques cas ont été détectés jusqu’à présent, notamment des cas importés du Nigeria, par exemple en Israël (2018), à Singapour (2019), aux États-Unis (2021) et en Grande-Bretagne (2018 et, dernièrement, 2022).

Propagation de la maladie (épidémiologie)

Depuis le début du mois de mai 2022, une recrudescence exceptionnelle des cas de variole du singe a été observée pour la première fois dans plus de 25 pays en Europe (majoritairement en Espagne, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et au Portugal). Des cas suspects ont également été observés au Canada, aux États-Unis, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, au Proche-Orient, au Moyen-Orient, en Asie de l’Est, en Afrique et en Australie. Ces cas n’ont pas tous de lien épidémiologique direct : chez certaines personnes, on n’a pu remonter à aucun contact infectieux. Il s’agit de transmissions interhumaines, principalement (mais pas exclusivement) par contacts sexuels.

En Suisse, le premier cas a été confirmé le 21 mai 2022.

Informations pour les professionnels de la santé

Depuis mi-mai 2022, la Suisse et l’Europe connaissent une recrudescence inhabituelle de cas de personnes infectées par la variole du singe. À quoi faut-il faire attention ? Vous trouverez toutes les informations utiles sur cette page.

Dernière modification 19.08.2022

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Maladies transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 87 06
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/affenpocken.html