High Volume Sampler (HV)

Les données «High Volume Sampler» actuelles peuvent être consultées à l’adresse suivante: radenviro

Le béryllium-7 dans la basse atmosphère.

Le béryllium-7 (Be-7) est produit naturellement dans la haute troposphère et dans la stratosphère. Les concentrations dans
l'atmosphère inférieure varient entre 1'000 et 8’000 micro-becquerels par m3 (µBq/m3). Les concentrations moyennes sont plus élevées en été (4'500 µBq/m3) qu’en hiver (2'500 µBq/m3).

Le césium-137 dans la basse atmosphère.

Des traces de césium-137 (Cs-137) sont souvent détectées, avec des valeurs allant jusqu'à plusieurs µBq/m3 dans les
échantillons des collecteurs à haut volume. Il s’agit là de remise en suspension d'anciennes dépositions au sol (par exemple, les dépositions de Tchernobyl). La limite de détection pour le Cs-137 est typiquement de 0,2 µBq/m3. Les valeurs inférieures à la limite de détection ne sont pas représentées dans le diagramme.

Depuis 1993, la section URA entretient un réseau de collecteurs d'aérosols à haut débit. Actuellement, six stations sont en service:

  • HV-POS: Posieux / FR
  • HV-CAD: Cadenazzo / TI
  • HV-GUT: Güttingen / TG
  • HV-CERN: Meyrin / GE
  • HV-KLI: Klingnau / AG
  • HV-LBF: Liebefeld / BE

Ces appareils collectent les aérosol sur des filtres de 40 cm x 40 cm avec un débit de 600 m3 d'air par heure. Le filtre de chacune des stations est changé chaque semaine et envoyé au laboratoire de la section URA où il est mesuré par spectrométrie gamma pendant 1-2 jours. En raison du grand volume d'air pompé, il est possible de détecter des traces de radioactivité inférieures à un millionième de la valeur limite d'immissions. La sensibilité élevée de ce réseau a permis de mettre en évidence de très faibles augmentations de la radioactivité de l'air en Suisse, comme celles survenues au printemps 2011, après l'accident dans la centrale nucléaire de Fukushima, ou fin mai 1998, suite à un incident avec une source de césium dans l'aciérie espagnole d'Algeciras. En Suisse, ces événements sont restés sans conséquences radiologiques pour la population. Des systèmes similaires existent dans d'autres pays européens et les laboratoires s'informent mutuellement des
augmentations éventuelles mesurées.

Radionucléides mesurés

Les activités les plus importantes proviennent du béryllium-7. Des traces de césium-137 artificiel (quelques micro-Bq/m3) indiquent une re-suspension de la poussière du sol contenant encore du césium-137 dû à l'accident de Tchernobyl. On trouve également du potassium-40 naturel dans la poussière du sol. Des traces d'iode-131 artificiel, provenant de l'incinération des déchets des hôpitaux, sont parfois détectables dans l'air. Le cobalt-60 proviendrait des émissions artificielles (par exemple des centrales nucléaires).

Des précisions concernant les valeurs limites peuvent être consultées ici: limites

Dernière modification 27.08.2019

Début de la page

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/umwelt-und-gesundheit/strahlung-radioaktivitaet-schall/radioaktivitaet-in-der-umwelt/ueberwachung-radioaktivitaet-luft-empfindliche-messungen/hv1.html