Les «nano» au quotidien

Les nanomatériaux synthétiques, les revêtements nanoscopiques ou les nanostructures confèrent aux produits des propriétés particulières. Aujourd’hui, nombre de ces «nanoproduits» se trouvent sur le marché pour des applications diverses.  

Les «nano» au quotidien

Les nanotechnologies et les propriétés spécifiques des nanomatériaux permettent de développer de nouveaux produits qui peuvent être utilisés dans une multitude de domaines. Les nanomatériaux rendent les surfaces plus résistantes aux rayures, peu salissantes et hydrofuges ou antibactériennes, ou les matières synthétiques plus légères et plus solides. Ils peuvent faire perler l’eau sur les couches et structures superficielles, ou les rendre conductrices d’électricité.

De nombreuses denrées alimentaires contiennent des nanomatériaux naturels (p. ex. la caséine dans le lait). Mais jusqu’ici, seuls quelques rares aliments ou additifs alimentaires contenant des nanomatériaux (matériaux de l’échelle nanoscopique) sont commercialisés sur le marché suisse. Il s’agit notamment de dioxyde de silicium (antiagglomérant), de caroténoïdes (pigments ou substances physiologiquement utiles) et de micelles (capsules pour vitamines, arômes, coenzyme Q10, etc.). Ce ne sont pas de nouveaux nanomatériaux mais plutôt des produits qui sont fabriqués et utilisés en toute sécurité depuis des années.

Dans certaines crèmes solaires présentant un facteur de protection élevé, du dioxyde de titane nanoscopique avec revêtement est utilisé comme filtre UV. Le nano dioxyde de titane fait partie des nanomatériaux les plus étudiés. Diverses études montrent que le dioxyde de titane nanoscopique ne pénètre pas dans le corps au travers d’une peau saine.

Dans le domaine des emballages, on trouve aujourd’hui sur le marché des films composites et des bouteilles en PET dont les capacités de blocage des gaz et des substances aromatisantes sont optimisées par les nanotechnologies. On utilise pour cela des lamelles d’argile ou du dioxyde de silicium nanoscopiques.

Aujourd’hui, le terme «nano» n’est pas utilisé de manière uniforme:

  • Des nanomatériaux peuvent être présents dans des produits sous une forme libre, agglomérée (assemblée de façon lâche) ou agrégée (liée de façon solide).
  • Les produits qualifiés de «nano» peuvent être exempts de nanomatériaux mais former, lors de leur utilisation, un revêtement dont l’épaisseur est à l’échelle du nanomètre.
  • Les nanomatériaux peuvent être intégrés à un objet stable (p. ex. une matière plastique) ou adhérer à sa surface.
  • Des objets peuvent aussi simplement posséder des structures de surface nanoscopiques.

Nanomatériaux naturels et synthétiques

Des nanomatériaux naturels se forment lors de processus d’érosion, d’éruptions volcaniques et d’incendies de forêt. Les procédés de combustion libèrent des particules ultrafines dans l’environnement. Le dioxyde de silicium amorphe, la suie et la cendre sont des représentants majeurs de ces nanomatériaux naturels.

Les nanomatériaux synthétiques sont fabriqués à dessein ou entrent dans un procédé de fabrication en tant que sous-produits. Parmi les nanomatériaux synthétiques les plus importants en termes de quantité, on trouve le noir de carbone (une suie fabriquée industriellement), le dioxyde de silicium, le carbonate de calcium et le dioxyde de titane.

Banques de données, listes de produits et études de marché :

Des banques de données, des listes de produits et des études présentent les différentes applications des nanomatériaux. Des informations concernant la toxicité de ces matériaux sont également disponibles dans ces banques de données. Vous trouverez davantage d’informations sous « liens ».

Dernière modification 09.08.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Produits chimiques
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 462 96 40
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/umwelt-und-gesundheit/chemikalien/nanotechnologie/nano-im-alltag.html