Comportements de type addictif en ligne

Pour la plupart des gens, Internet est une composante importante de la vie privée et professionnelle. Toutefois, une minorité en fait un usage problématique ou de type addictif.

Laptop

Internet touche aujourd’hui presque tous les domaines de la vie. Le réseau est omniprésent et accessible en tout temps. Pour la majorité des gens, Internet complète judicieusement la vie réelle. Toutefois, une utilisation trop intensive peut devenir une charge et créer des problèmes aux personnes concernées et à leur entourage. Pour ces personnes, ce comportement peut avoir des répercussions négatives sur leur santé et leurs relations sociales. La promotion des compétences numériques ainsi que des services spécialisés et des mesures de préventionpeuvent apporter des solutions à ce problème.

D’après les données recueillies dans le cadre de l’Enquête suisse sur la santé 2017, 3,8 % de la population de plus de 15 ans, soit environ 270 000 personnes, sont concernées par un comportement de type addictif en ligne . La tranche d’âge la plus jeune (15-24 ans) est la plus touchée par ce problème (11,2 %).

Symptômes et conséquences

Lors des consultations, les professionnels sont actuellement confrontés à certaines personnes qui ne savent pas contrôler leur usage d’Internet de manière adéquate. Il n’existe toutefois encore aucun diagnostic reconnu qui permette de définir le phénomène par une terminologie. Sous la formulation générique comportements de type addictif en ligne, l’OFSP englobe toutes les formes de comportement problématique et similaire à une addiction. Certains domaines spécifiques exercent un grand pouvoir d’attraction : les jeux de hasard (Gambling), les jeux vidéo (Gaming), pornographie, communication en ligne comme par exemple sur les réseaux sociaux et le shopping en ligne.

Les personnes touchées ont du mal à quitter Internet une fois connectées. Le caractère addictif de l’utilisation dépend de sa durée et de son type. On parle d’utilisation de type addictif lorsque le centre des intérêts se déplace du monde réel au monde virtuel. Soudain, le temps manque pour les activités quotidiennes, les relations sociales se dégradent, les performances au travail diminuent et le risque de l’endettement se profile. Enfin, la santé s’en trouve également affectée.

Prévention et traitement

Les mesures de prévention se concentrent avant tout sur les enfants et les adolescents. Afin d’éviter un usage problématique d’Internet, il est essentiel de promouvoir les compétences médiatiques afin de mieux les sensibiliser aux risques liés à l’utilisation des médias. La plateforme Jeunes et médias de l’OFAS s’est donné pour objectif de développer, chez les enfants et les adolescents, les compétences nécessaires pour utiliser les médias numériques de manière responsable.

Les personnes ou leurs proches qui ont des problèmes avec l’utilisation d’Internet peuvent s’adresser à des centres de prise en charge des dépendances et à des institutions thérapeutiques liées à la dépendance. Les centres spécialisés dans l’addiction aux jeux d’argent ou les cliniques psychiatriques peuvent également aider. Le centre de consultation en ligne SafeZone constitue une offre à bas seuil, qui peut être utilisée de manière anonyme.

Postulat 20.4343 sur la cyberdépendance

Le 19 novembre 2020, le Conseil national a transmis au Conseil fédéral le postulat 20.4343 « Renforcer la stratégie nationale Addictions en incluant la cyberdépendance » déposé par la Commission de la science, de l’éducation et de la culture. Le texte demande au Conseil fédéral d’intégrer à la stratégie Addictions un volet de mesures contre les diverses formes de cyberdépendance.

Disponible depuis octobre 2023, le rapport du Conseil fédéral montre que la Confédération traite déjà activement tous les champs d’action selon ses compétences et ses ressources. Le Conseil fédéral estime que la stratégie offre une marge de manœuvre suffisante pour contrecarrer les comportements de type addictif en ligne.

Néanmoins, il propose d’inscrire deux activités en cours dans le plan de mesures 2025-2028 de la stratégie Addictions.

  • Mise en place d’un groupe de spécialistes chargé de traiter la problématique
  • Collaboration avec la plateforme « Jeunes et médias » de l’Office fédéral des assurances sociales.


Quant aux autres activités de l’OFSP, elles seront poursuivies et, le cas échéant, approfondies en fonction des besoins.

Groupe d'experts « Cyberaddiction »

En Suisse, les chiffres fiables sur les comportements de type addictif en ligne sont encore limités. Il faut améliorer les données afin d’optimiser la prévention, la thérapie et la réduction des risques.

À cet égard, une attention particulière est accordée aux comportements de type addictif en ligne. Il importe de mieux comprendre le lien entre addiction et monde numérique. En 2012, l’OFSP a constitué un groupe d’experts chargé de traiter comportements de type addictif en ligne. Celui-ci publie tous les deux ans un rapport qui illustre la situation du moment en Suisse.

MonAM – Button

MonAM: Internet, jeux d'argent, achats

Certaines personnes utilisent Internet de manière excessive, d’autres jouent régulièrement à des jeux d’argent, et d’autres encore aiment faire des achats. Ces comportements peuvent être problématiques et, dans le cas des jeux de hasard ou d’argent et des jeux vidéo, conduire à une dépendance au sens clinique du terme selon la CIM-11.

Communiqués

Javascript est requis pour afficher les communiqués de presse. Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas activer Javascript, veuillez utiliser le lien ci-dessous pour accéder au portail d’information de l’administration fédérale.

Vers le portail d’information de l’administration fédérale

Dernière modification 24.10.2023

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/sucht-und-gesundheit/verhaltenssuechte/suchtartiges-onlineverhalten.html