Consommation d'alcool à risque

La consommation d'alcool pose différents problèmes : certains en boivent trop de manière chronique, d'autres en consomment ponctuellement de façon excessive. De plus, il faudrait éviter d'en boire dans certaines situations et circonstances.

Consommation d'alcool à risque

Conformément aux standards internationaux, on parle de « consommation d'alcool à risque » lorsque l'ont met notablement en péril sa propre santé ou celle d'autres personnes et que des préjudices correspondants sont possibles ou avérés. La consommation d'alcool par des personnes qui devraient en principe s'en abstenir – les enfants et les personnes malades – notamment est également considérée comme risquée.

Dépendance à l'alcool (alcoolodépendance)

Dans sa classification des maladies l'OMS définit l'alcoolodépendance au moyen de différents critères : un fort besoin de boire de l'alcool, une perte du contrôle de la consommation, une perte d'intérêt pour d‘autres choses ou un maintien de la consommation malgré les conséquences négatives de celle-ci (WHO 2007). En Suisse, environ 250 000 personnes – des hommes pour près des deux tiers – sont alcoolodépendantes ou courent un risque important de le devenir. (Kuendig 2010).

Consommation ponctuelle à risque

Selon les normes internationales, le terme « consommation ponctuelle à risque » désigne la consommation d'une grande quantité d'alcool – à partir de 4 verres pour les femmes et de 5 pour les hommes – en quelques heures et au moins une fois par mois. Environ 20 % de la population suisse a une consommation ponctuelle à risque, les hommes étant presque deux fois plus nombreux que les femmes à se trouver dans cette situation (26.5 % contre 14.9 %). 38.2 % des 20 et 24 ans s'adonnent à une telle consommation au moins une fois par mois (Monitorage des addictions 2016).

Consommation chronique à risque

Le terme de « consommation chronique à risque » désigne une consommation régulière qui, en raison de la fréquence et de la quantité, est qualifiée de consommation problématique. Selon les normes internationales en vigueur, la consommation d'alcool chronique à risque commence à 2 verres standard par jour en moyenne pour les femmes et à 4 verres standard pour les hommes. En Suisse, on estime que 4 % des femmes et des hommes de plus de 15 ans boivent régulièrement de façon excessive. La proportion des consommateurs chroniques à risque tend à augmenter avec l'âge.

Consommation inadaptée à la situation

Dans certaines situations, la plus grande prudence est de mise. Il faudrait, dans la mesure du possible, éviter de consommer de l'alcool pendant la grossesse et la période d'allaitement et veiller aux éventuelles interactions lors de la prise de médicaments. Pour des questions de sécurité notamment, il faut également restreindre la consommation d'alcool au travail, lors des activités sportives et à un âge avancé.

Dans la circulation routière et la navigation, la valeur limite tolérée est de 0,25 milligramme d'alcool par litre d'air expiré ou de 0,5 pour mille d’alcool dans le sang.

Informations complémentaires

Coûts

La consommation d'alcool coûte env. 4,2 milliards de francs par an à la société. Le travail de prévention, bénéfique du point de vue économique, profite à l'ensemble de la société.

Dernière modification 18.04.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/sucht-und-gesundheit/alkohol/problemkonsum.html