Prévention des maladies non transmissibles

Un quart de la population suisse est touchée par une maladie non transmissible comme le cancer ou le diabète, par exemple. Adopter un mode de vie sain et connaître le sujet peut contribuer à limiter voire à empêcher l’apparition de ces maladies.

La majorité des personnes vivant en Suisse sont en bonne santé. Mais près de 2,2 millions de gens souffrent d’une maladie non transmissible (MNT), aussi appelée NCD (Non-Communicable Disease) dans le jargon professionnel. Les plus répandues sont :

Elles entraînent souvent des décès prématurés et des affections chroniques. Les MNT, avec les maladies psychiques, sont à l’origine de grandes souffrances et de 51 % des dépenses de santé en Suisse. L’objectif consiste donc à freiner leur progression et à réduire ainsi les douleurs et les coûts qu’elles engendrent.

Développer la connaissance des risques et des moyens de protection

Les gens, par leur comportement et leur mode de vie, peuvent contribuer à réduire le risque de MNT. Outre les soins aigus et le traitement des maladies, il importe de renforcer la promotion de la santé et la prévention :

  1. L’ensemble de la population reçoit des informations visant à développer ses connaissances sur les risques de MNT et la façon de se protéger.
  2. Les conditions de vie, le lieu de travail et l’environnement devraient permettre à chacun de prendre des décisions favorisant sa santé.
  3. Une attention particulière est accordée aux personnes ayant des besoins spécifiques et particulièrement vulnérables.

Quatre facteurs de risque sont principalement à l’origine des MNT. Les réduire tout en favorisant les facteurs de protection peut s’avérer déterminant pour les éviter.

Facteur de risque

alimentation déséquilibrée

manque d'activité physique

abus d'alcool


consommation de tabac

Facteur de protection

alimentation équilibrée

activité physique suffisante

consommation d’alcool nulle ou modérée

sevrage tabagique

La conjugaison de plusieurs facteurs augmente la probabilité d’une MNT. C’est pourquoi il importe de consolider la prévention du tabagisme et des problèmes liés à l'alcool ainsi que la promotion de l’activité physique et d’une alimentation équilibrée. Par ailleurs, les nouveaux projets de prévention traitent simultanément plusieurs facteurs de risque ainsi que des aspects liés aux addictions et à la santé psychique.

Sensibiliser les gens en fonction de leur propre vie

La promotion de la santé et la prévention sont particulièrement efficaces lorsqu’elles se réfèrent à la vie concrète. Il s’agit d’atteindre et de sensibiliser les gens là où ils évoluent, à l’école, au travail ou chez eux. Les offres de prévention sont focalisées sur leurs besoins, leurs conditions de vie, leurs connaissances, leurs valeurs et leur comportement. L’objectif consiste également à améliorer leur état de santé, quel que soit leur âge :

  • Les enfants et les adolescents grandissent dans un environnement propice à la santé et apprennent comment la protéger et la renforcer par un mode de vie sain.
  • Les adultes, grâce à des conditions de vie et de travail optimales, sont responsables de leur santé et développent leurs compétences en la matière.
  • Les seniors, quant à eux, ont pour but principal de préserver leur autonomie et d’éviter la dépendance aux soins.

Accorder une attention particulière aux personnes particulièrement vulnérables

Il s’agit de personnes ayant un faible niveau de formation, un revenu modéré voire inexistant ou qui sont défavorisées pour des raisons linguistiques ou socioculturelles. Souvent, elles n’ont pas connaissance des offres de prévention destinées au grand public.

Des offres adaptées à leurs besoins, facilement accessibles sont donc développées pour elles. Impliquer des acteurs de confiance, p. ex., des sages-femmes, des employeurs ou des associations, permet de mieux les atteindre. Pour les migrants, par exemple, l’accès est facilité par des offres adaptées à leur mode de vie et proposées dans plusieurs langues.

Informations complémentaires

Maladies de A à Z

Les maladies transmissibles (p. ex. la grippe, la rougeole et le VIH) et les maladies non transmissibles (p. ex. diabète, l’asthme, les maladies cardiovasculaires) : Vous trouverez plus d'informations dans cette rubrique.

Promotion de l'activité physique

La pratique régulière d’une activité physique réduit les risques de connaître certains problèmes et maladies largement répandus, comme par exemple la surcharge pondérale, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2.

Poids corporel

Le surpoids et l’obésité, tout comme un poids corporel trop faible, sont mauvais pour la santé. Le poids de forme permet d’augmenter le sentiment de bien-être et de réduire les risques pour la santé.

Alcool

En Suisse, la majorité des personnes consomment de l'alcool avec modération. Toutefois, une personne sur cinq fait des excès, occasionnellement ou régulièrement, affectant autant sa santé que son environnement social.

Tabac

Dans les pays industriels occidentaux, le tabac constitue le plus grand risque évitable pour la santé. En Suisse, il provoque 9500 décès par an. Les coûts supportés par la collectivité se chiffrent par milliards.

Addictions et santé

Les addictions comportent des risques pour l’individu et la société. Informez-vous sur les différentes formes d’addiction, la prévention, la législation, la réduction des risques, les consultations et les thérapies.

Dernière modification 29.11.2018

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/gesundheitsfoerderung-und-praevention/praevention-nichtuebertragbare-krankheiten.html