Vieillir en bonne santé malgré les restrictions

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a développé le concept « vieillir en bonne santé », qui évalue la santé des personnes âgées selon de nouveaux critères. Qu’est-ce que cela implique pour la politique sanitaire ?

Les personnes âgées souffrent davantage de maladies physiques et mentales. Le concept « vieillir en bonne santé » ne vise pas à ce qu’elles recouvrent entièrement la santé, mais à ce qu’elles puissent utiliser au mieux leurs ressources. Quels résultats peuvent-elles atteindre ? De quoi ont-elles besoin pour cela ? Une bonne gestion des restrictions physiques et mentales améliore le bien-être de la personne concernée. Telle est l’idée sous-jacente du concept développé par l’OMS.

Pour les personnes âgées, utiliser leurs ressources signifie qu’elles parviennent à gérer leurs problèmes sociaux, physiques et émotionnels, en dépit de maladies chroniques. Ainsi, en procédant elles-mêmes à des ajustements, elles se montrent satisfaites de leur qualité de vie. Elles doivent donc développer ou maintenir les ressources dont elles disposent, ce qui contribue à leur bien-être. Les compétences d’autogestion en cas de maladie ou d’addiction jouent également un rôle.


Changer les représentations de la vieillesse

Les représentations de la vieillesse sont des conceptions que chaque individu et la société ont des seniors et du vieillissement. De nombreuses images courantes reposent sur des stéréotypes et sont le fruit de préjugés négatifs. Elles supposent que vieillir signifie perdre de ses capacités physiques et mentales et ne plus pouvoir vivre de façon autonome.

De tels stéréotypes ne reflètent pas la grande hétérogénéité de ce groupe cible, qui rassemble tant les personnes parfois encore actives professionnellement que celles nécessitant des soins et un soutien. De manière générale, il convient de porter un regard nuancé sur la vieillesse dans le contexte des soins et de la promotion de la santé.

Un examen critique de ces représentations dans tous les domaines sociaux s’avère être une tâche importante pour gérer l’évolution démographique. Les personnes âgées ne peuvent pas être simplement assimilées à des facteurs de coûts ; elles contribuent, sous de nombreux aspects, à la vie sociale. Pour cette raison, il convient de leur rappeler leurs forces et de promouvoir leurs ressources, notamment en leur permettant de s’engager volontairement.

La gestion autonome du vieillissement repose sur le fait de savoir qu’à tout âge, il est possible de se développer. Les autorités peuvent également y contribuer en élaborant et en mettant en œuvre des projets différenciés en la matière. La reconnaissance d’une diversité de conceptions de la vieillesse implique également l’acceptation de particularités culturelles.

Politique globale de la santé

Pour permettre à tout un chacun de vieillir en bonne santé, une politique sanitaire globale est nécessaire. Les facteurs individuels et sociaux qui définissent le processus de vieillissement doivent être pris en compte lors de la mise en œuvre de mesures. Pour ce faire, il est indispensable de garantir une bonne prise en charge, de promouvoir la santé ainsi qu’un environnement social porteur, d’assurer des conditions de vie et de logement appropriées et de considérer les personnes âgées en tenant compte de leurs ressources.

Dernière modification 18.07.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Prévention des maladies non transmissibles
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 463 88 24
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/gesund-leben/gesundheitsfoerderung-und-praevention/gesundheitsfoerderung-praevention-im-alter/gesund-altern.html