Vieillir en bonne santé en Suisse

Berne, 14.5.2019 - Le vieillissement démographique mondial place également la Suisse face à des défis. Comment s’assurer que les personnes âgées demeurent en bonne santé et indépendantes le plus longtemps possible? Pascal Strupler, directeur de l’OFSP, met en lumière la responsabilité de son service à cet égard.

©Hélène Tobler_SSC3477-Pascal Strupler_500x300

Pourquoi l’OFSP est-il aussi actif dans l’élaboration de stratégies et dans la mise en oeuvre de mesures destinées aux personnes âgées?

Le vieillissement de la population compte parmi les principaux défis auxquels est confronté le système de santé. En Suisse, l’espérance de vie est élevée et la part des personnes âgées dans la population s’accroît. Ces constats sont réjouissants. Nous devons nous efforcer de préserver une qualité de vie la plus élevée possible durant ces années supplémentaires. Cependant, les chances de rester en bonne santé jusqu’à un âge avancé ne sont pas les mêmes pour tous. L’état de santé à cette époque de la vie dépend de nombreux facteurs: les progrès de la médecine, mais également la génétique jouent un rôle important. L’influence de l’environnement, les rapports sociaux et le comportement individuel sont également décisifs.

Quel rôle joue l’OFSP dans la politique de la vieillesse? Quels sont les principaux défis auxquels il est confronté dans ce contexte?

Le nombre croissant de patients âgés fait augmenter les besoins en prestations médicales et thérapeutiques. Il devient nécessaire de disposer de davantage de personnel de santé qualifié et de structures de soins appropriées. Les exigences relatives à l’harmonisation de la prise en charge sont également de plus en plus élevées. Les structures de soins actuelles sont trop fortement orientées sur la médecine intensive et ne répondent pas aux besoins de ce groupe de patients. Notre attention doit impérativement porter sur la prévention et sur une collaboration plus étroite et plus efficace entre les acteurs. L’exigence d’efficacité par rapport aux coûts ne doit pas générer de crainte du rationnement. Elle résulte de l’interaction entre prévention, qualité élevée des prestations médicales et thérapeutiques, et organisation pertinente. Il n’est pas simple de parvenir à un consensus entre les différents acteurs. En matière de coûts, tous doivent s’engager et faire des concessions. Nous entendons préserver un système abordable, notamment pour les familles et les personnes à faible revenu.

Qu’entend l’OFSP par «vieillir en bonne santé»?

En bonne santé ne signifie pas nécessairement exempt de pathologies ou de limitations: une certaine dégradation physique et cognitive fait partie du vieillissement. Le bien-être subjectif a lui aussi son importance. D’ailleurs, il peut être tout à fait satisfaisant pour une personne atteinte d’une maladie chronique. Nous collaborons étroitement avec la fondation Promotion Santé Suisse, qui conçoit des plans d’action destinés à promouvoir la santé des personnes âgées. Elle apporte son aide aux cantons, p. ex. pour l’organisation de cours visant à encourager l’activité physique et à prévenir les chutes, de campagnes d’information pour une alimentation saine ou d’événements conviviaux.

Pourquoi la bonne collaboration entre médecins, soignants, physiothérapeutes et autres prestataires est-elle importante?

La coordination entre les prestataires est cruciale, notamment pour les personnes atteintes de maladies chroniques. Elle permet d’éviter à la fois les traitements inutiles et les lacunes de prise en charge. La mise en place du dossier électronique du patient nous permettra de réaliser d’importants progrès. Celui-ci facilite la collaboration entre toutes les parties prenantes dans le cadre du suivi des personnes âgées, qui consultent souvent plusieurs médecins. Il contient l’ensemble des données et documents importants, tels que les radiographies et les rapports de sortie de l’hôpital. Cette amélioration de l’information devrait éviter les doublons et la prise de décisions erronées. L’objectif consiste en effet à améliorer la qualité de la prise en charge et la sécurité des patients.

Les coûts de la santé augmentent-ils autant que le craint la société avec  l’accroissement de la part des personnes âgées dans la population? Les seniors pourront-ils toujours se permettre de recourir à une prise en charge et à des soins extérieurs à l’avenir?

La hausse des coûts de la santé constitue un véritable problème. La démographie en est une des causes, de même que les progrès de la médecine. À cela s’ajoute une augmentation du volume des prestations médicales injustifiées. Ainsi, le vieillissement de la population n’est pas la seule explication. Une chose est toutefois certaine: les coûts les plus élevés sont générés durant le dernier tiers de la vie. Si nous permettons à de plus en plus de personnes de vivre sans pathologie chronique à un âge avancé, cela sera bénéfique non seulement pour les individus concernés, mais aussi pour le système de santé dans son ensemble.

L’augmentation du nombre de personnes âgées ne doit pas être considérée uniquement comme un défi à relever. Quelles sont les opportunités correspondantes pour la société?

Les personnes âgées participent à la vie sociale de diverses manières, p. ex. en effectuant des tâches bénévoles ou en s’occupant de leurs proches ou de leurs petits-enfants. Leur expérience est précieuse pour la société. Les efforts entrepris par de plus en plus d’organisations et de communes en vue d’une intégration ciblée des personnes âgées dans la vie sociale, l’encouragement de formes d’habitat assorties de services de prise en charge et les projets de ce genre vont dans la bonne direction.

Que signifie «vieillir en bonne santé» pour vous, personnellement?

Je souhaite pouvoir rester à mon domicile en toute autonomie le plus longtemps possible et pouvoir compter sur un médecin traitant fiable 

Entretien avec Pascal Strupler, directeur de l’Office fédéral de la santé publique, réalisé par Rahel Schmid, spécialiste communication d’entreprise, Pro Senectute Suisse

Informations complémentaires

Vieillir en bonne santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a développé le concept « vieillir en bonne santé », qui évalue la santé des personnes âgées selon de nouveaux critères. Qu’est-ce que cela implique pour la politique sanitaire ?

Dernière modification 15.05.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division Communication et campagnes
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 462 95 05
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/das-bag/aktuell/news/news-14-05-2019.html