Professions de la santé de niveau tertiaire

Les professions de la santé constituent avec les professions médicales et de la psychologie un apport fondamental dans le système de santé. A l’avenir, le recours à ces professions va augmenter du fait de l’évolution des besoins de santé.  

Trois questions au directeur de l’OFSP Pascal Strupler à l’occasion de la Journée des infirmières

Qu’est-ce qui vous impressionne le plus dans la crise du COVID-19 que nous vivons actuellement ?

L’engagement exceptionnel avec lequel le personnel de santé se met au service de cette crise. Le constat que les secteurs des soins infirmiers et de la médecine doivent travailler sur un pied d’égalité est devenu encore plus manifeste. On peut voir là une opportunité de coopération future.

La crise du COVID-19 révèle l’importance capitale de disposer d’un personnel soignant bien formé. Comment la Confédération entend-elle renforcer ce secteur?

Le Conseil fédéral se préoccupe depuis longtemps des professions des soins et a déjà pris grand nombre de mesures dans ce domaine : dans le cadre du masterplan « Formation aux professions des soins » et de l’initiative visant à combattre la pénurie de personnel qualifié, il s’est, par exemple, assuré que les formations dans les professions des soins correspondent aux besoins. Il a également examiné les possibilités de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale tout comme il a, dans le domaine de l’assurance-maladie, renforcé les compétences du personnel soignant. Avec le contre-projet indirect à l’initiative sur les soins infirmiers, le Conseil fédéral soutient actuellement une campagne de formation pour garantir un effectif suffisant de personnel qualifié.

Selon vous, quels sont les principaux défis dans le domaine des soins ?

Les défis ne datent pas de la crise du COVID-19 mais cette dernière les a accentués. Le système de santé ne peut pas être axé en premier lieu sur l’état d’urgence même si les enseignements tirés de cette situation extraordinaire sont essentiels. Au regard de l’évolution démographique, il convient de mettre l’accent sur les soins de longue durée. À l’avenir, il faudra en outre qu’un nombre suffisant de personnel qualifié soit formé en Suisse même afin de moins dépendre des effectifs venant de l’étranger.  

Professions de la santé selon LPSan

L’Office fédéral de la santé (OFSP) s’engage pour que la formation et l’exercice de ces professionnels soient de qualité et répondent aux besoins de la santé publique, du système de soins et aux relations internationales.

Sous l'égide de cet objectif, l'OFSP a élaboré avec le secrétariat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) la nouvelle loi fédérale sur les professions de la santé (LPSan). Elle règle la formation et l’exercice de la profession dans les champs professionnels suivants: soins infirmiers, physiothérapie, ergothérapie, sage-femme, nutrition et diététique, optométrie et ostéopathie. Le 30 septembre 2016, le Parlement a adopté la loi sur les professions de la santé. Le 1er février 2020, la LPSan et ses dispositions d’exécution sont entrés en vigueur.

Compétences

L'OFSP est compétent pour toute question concernant les dispositions d'exécution suivantes:

Le SEFRI est compétent pour toute question concernant la reconnaissance des diplômes étrangers, l’équivalence des diplômes suisses délivrés en vertu de l’ancien droit et la mise en oeuvre de l'ordonnance concernée.
Vous trouverez davantage d'informations sur les compétences du SEFRI et sur les prescriptions sur la formation et sur la liste des professions SEFRI sur cette page dans la rubrique « Liens ».

Dernière modification 12.05.2020

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique OFSP
Division professions de la santé
Section Développement professions de la santé
Schwarzenburgstrasse 157
3003 Berne
Suisse
Tél. +41 58 462 74 17
E-mail

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/berufe-im-gesundheitswesen/gesundheitsberufe-der-tertiaerstufe.html