Vaccination des adolescents

Des vaccinations contre d’autres maladies infectieuses sont recommandées par l’OFSP pour tous les adolescents âgés de 11 à 15 ans. C’est aussi à l’adolescence que les rappels doivent être effectués.

Hépatite B

Un nouveau cas d’hépatite B sur quatre concerne la classe d’âge des 15‑25 ans. Le virus responsable se transmet par le sang, la salive ou des rapports sexuels non protégés (via le sperme ou les sécrétions vaginales). Il s’agit d’une infection du foie, qui se manifeste par des symptômes de fatigue, de la fièvre, des maux de ventre, voire un ictère, des urines foncées et des selles claires. La phase d’infection aiguë dure plusieurs mois. Elle est généralement bénigne et peut passer inaperçue. Le risque principal présenté par l’hépatite B réside dans l’évolution vers une maladie chronique : non soignée, elle peut déboucher sur des complications
graves pouvant entraîner le décès du patient (dégradation avancée des cellules du foie, cirrhose, cancer du foie). La vaccination réduit le risque d’infection de 95 %. Elle est donc recommandée à tous les adolescents comme vaccination de base (mais peut être effectuée à tout âge).

Papillomavirus humain (HPV)

Le papillomavirus humain (HPV) est la cause la plus fréquente d’infections sexuellement transmissibles en Suisse et dans le monde. On estime que plus de 70 % des femmes et des hommes sexuellement actifs contractent ce virus au cours de leur vie. Les infections par HPV peuvent se traduire par des verrues ou des lésions précancéreuses sur les organes génitaux féminins et masculins. Ces lésions peuvent évoluer vers un cancer, notamment au niveau du col de l’utérus et dans la région anale. La
vaccination offre une protection efficace et fiable contre les différents types de HPV, responsables de 70 % des cancers du col de l’utérus, de près de 80 % des cas de cancer anal et de plus de 90 % des verrues génitales. L’OFSP recommande donc la vaccination contre le papillomavirus humain pour tous les adolescents âgés de 11 à 14 ans. Les maladies associées à ce virus touchent plus souvent les femmes que les hommes. Par conséquent, le vaccin est recommandé comme vaccin de base pour les jeunes filles et comme vaccin complémentaire pour les garçons. Pour optimiser son efficacité, il doit être administré avant toute infection par HPV, autrement dit avant le premier rapport sexuel. Il peut toutefois être effectué entre 15 et 26 ans ; pour cette classe d’âge, il est recommandé comme vaccin complémentaire ou de rattrapage.

Varicelle

La varicelle est une maladie très contagieuse. Le virus responsable se transmet par voie aérienne (par les projections de gouttelettes émises lors des éternuements, des quintes de toux ou de la communication orale). La maladie s’attrape généralement durant l’enfance et se manifeste par de la fièvre, ainsi que par des éruptions et démangeaisons cutanées. Ces dernières se déclenchent le plus souvent au niveau de la tête au début de la maladie. Elles prennent en général la forme de taches rouges dans un premier temps, puis évoluent rapidement en nodules, puis en vésicules, qui finissent par se dessécher et former des croûtes. La varicelle est une maladie désagréable pour les enfants, mais le plus souvent bénigne. Le risque de complications est en revanche nettement plus élevé chez l’adulte. Ce risque est par ailleurs accru pour les femmes enceintes (pneumonies graves, malformations du fœtus), pour les nourrissons et pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Il est donc important de protéger par la vaccination tous les adolescents qui n’ont pas encore contracté la varicelle.

Rappels et rattrapage vaccinal

Certains vaccins, notamment ceux contre la diphtérie ou le tétanos, ne protègent pas à vie contre la maladie. Pour bénéficier d’une protection durable, le vaccin doit être renouvelé à intervalles réguliers. Un rattrapage vaccinal s’impose également si la vaccination de base est lacunaire ou incomplète, notamment pour se prémunir contre le tétanos, la rougeole, les oreillons, la rubéole ou encore la coqueluche.

Vaccination des groupes à risque

Tous les individus ne sont pas égaux devant les risques d’exposition à certaines maladies ou de complications dangereuses. Un risque accru peut avoir différentes causes : maladies chroniques, système immunitaire affaibli, comportement ou profession à risque, âge ou environnement défavorable (régions à risque). Il est recommandé aux personnes appartenant à un groupe à risque de se faire vacciner aussi contre diverses autres maladies. Exemples :

  • Hépatite A
  • Grippe
  • Pneumocoques
  • Méningocoques
  • Méningo-encéphaliteverno-estivale (MEVE)
     

LIGNE INFO-VACCINS : 0844 448 448
(consultation gratuite, prix d’une communication interurbaine en Suisse)

Documents

franz

Vaccination : bon à savoir

Une brochure destinée aux jeunes, avec des informations sur la vaccination en général et sur les vaccins recommandés à l'adolescence ; disponible en trois langues.

franz

Cancer et verrues génitales : Protège-toi avant ta première fois !

Une brochure (dépliant) destinée aux jeunes, avec les principales informations sur la vaccination HPV ; disponible en quatre langues.

franzoesisch.pdf.thumb.319.319.1478723385000

Vacciner les enfants? Oui! Pourquoi?

Une brochure destinée aux parents, avec des informations détaillées sur les vaccinations recommandées pour les nourrissons et les enfants ; disponible en trois langues.

franz

Hépatite B : ses causes, ses conséquences, sa prévention

Une brochure avec des informations détaillées sur l'hépatite B et la manière de se protéger contre cette maladie infectieuse ; disponible en trois langues.

Informations complémentaires

Hépatite B

L’hépatite B est une maladie inflammatoire du foie d’origine infectieuse. Elle se transmet par contact avec les liquides corporels de personnes infectées. L’hépatite B aiguë guérit le plus souvent spontanément. Un vaccin est disponible

Papillomavirus humains (HPV)

Les papillomavirus humains (HPV) se transmettent par voie sexuelle et peuvent entraîner des cancers, notamment du col de l'utérus. Une vaccination peut protéger d'une infection par des types de virus importants.

Varicelle & Zona

Chez les enfants en bonne santé, la varicelle est le plus souvent bénigne. La vaccination est recommandée chez les personnes de 11 à 39 ans sans antécédent de varicelle et chez les groupes à risque à partir de 12 mois de vie.

Approvisionnement en vaccins

Les problèmes d’approvisionnement en vaccins ne sont pas limités à la Suisse. Cette pénurie est paneuropéenne, voire mondiale.

Dernière modification 11.04.2017

Début de la page

Contact

Office fédéral de la santé publique
Division des maladies transmissibles
Section prévention & promotion
CH - 3003 Berne

Tél.
+41 58 463 87 06

Email

Imprimer contact

https://www.bag.admin.ch/content/bag/fr/home/themen/mensch-gesundheit/uebertragbare-krankheiten/impfungen-prophylaxe/informationen-rund-ums-impfen/impfungen-fuer-jugendliche.html