Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Protection contre la musique trop forte

La musique à volume élevé endommage l’ouïe. Presque tout le monde le sait, mais nombreux sont ceux qui ne prennent pas la peine de se protéger. Pour quelles raisons ? Une étude de la Haute école spécialisée Kalaidos et de la Haute école des sciences appliquées de Zurich tente de répondre à cette question. Il apparaît que les campagnes menées jusqu'ici ont un effet globalement positif ; les valeurs limites sont respectées lors des manifestations, des protections auditives sont mises à la disposition des visiteurs et ces derniers savent que la musique forte peut endommager l'ouïe. Par ailleurs, l'étude présente d'autres facteurs qu'il faudrait aussi prendre en compte lors de nouvelles campagnes.

Pour cette étude, 430 spectateurs ont été interrogés lors de cinq concerts de différents styles musicaux (pop, rock, heavy metal, classique). Les entretiens ont été menés directement dans les salles de concert.

Les résultats montrent que les facteurs suivants exercent une forte influence sur le fait de porter ou non des protections auditives :

  1. La norme sociale : la personne dont les amis se protègent se protège aussi ;
  2. Un bilan coût-utilité positif : la personne qui voit des avantages manifestes pour la santé à une action préventive accepte d'éventuels « désavantages » (p. ex. une réduction de la qualité du son) ;
  3. La conscience du risque réel : la personne qui perçoit un risque pour elle-même porte des protections auditives. Il s'est avéré que les personnes perçoivent moins le risque encouru par elles-mêmes que pour les autres : elles pensent ainsi connaître le danger, sans se sentir concernées elles-mêmes.

Pour résumer, on peut dire que les conséquences effectives d'une musique trop forte sont connues ; malgré cela, une majorité de personnes déclarent ne pas se protéger.

Typ: PDF
Kalaidos Studie
Valable dès le 19.04.2016 | Dimension: 814 kb | Typ: PDF

Protection auditive et musique en plein air


La saison des festivals et des concerts en plein air vient de démarrer ! Mais même la meilleure des programmations peut être trop exigeante pour bien des oreilles - notamment celles, particulièrement sensibles, des festivaliers en culottes courtes. Si les tampons auriculaires que les organisateurs doivent remettre gratuitement au public constituent une bonne protection pour les adultes, ils ne sont pas adaptés aux enfants. Pensez donc en amont à équiper vos enfants de coques antibruit appropriées (« pamir enfant »). Vous les trouverez en grands magasins ou sur

Pour éviter d'avoir les oreilles qui bourdonnent une fois le concert fini :

  • Portez une protection auditive : elles sont distribuées gratuitement lors des concerts. Les amateurs de musique exigeants peuvent se procurer des protections qui altèrent moins le son directement en magasin spécialisé.
  • Equipez vos enfants de coques antibruit : les tampons auriculaires ne sont pas adaptés aux enfants. Il faut donc prévoir une protection plus adéquate.
  • Placez-vous près de la table de mixage : le son y est nettement meilleur qu'à proximité des enceintes.
  •  Faites des pauses : il est important pour préserver votre ouïe de vous ménager des pauses dans une zone plus calme.
  • Prenez les signaux d'alerte au sérieux : en cas de sensation de surdité ou de sifflements, dirigez-vous immédiatement vers une zone de récupération. Dans la mesure du possible, accordez ensuite 72 heures de repos à votre ouïe.

Rapport de l’OMS : musique et troubles de l’audition


Conseils pour la protection de l'ouïe

Si l'audience est menacée par le son dépend du volume et de la durée du son et le temps de récupération de l'audience à partir de:

  • Plus le niveau sonore est élévé, plus la durée d'exposition devrait être courte. Les moments de calme de plusieurs heures sont très importants pour l'ouïe, qui peut ainsi se régénérer.
  • Mettez une protection auditive lorsque vous êtes exposé longtemps à un niveau sonore élevé.
  • Les détonations sont particulièrement dangereuses. Une seule détonation peut déjà endommager durablement l'ouïe.
  • Prenez au sérieux les signaux d'alarme de votre ouïe (sensation de surdité, bruits de fond, sifflements, etc.). Des dommages à l'ouïe se développent souvent pendant des décennies, et les problèmes d'ouïe peuvent être des signes précurseurs de dommages permanents.
  • Si les bourdonnements d'oreille n'ont pas disparu au bout de 12 heures, consultez votre médecin.
  • Le tabagisme nuit aussi aux oreilles. L'ouïe, notamment lorsqu'elle est surchargée, est tributaire d'une bonne oxygénation. Le tabagisme diminue l'arrivée de l'oxygène à l'oreille.

 


Contact spécialisé: son@bag.admin.ch
Dernière mise à jour le: 29.04.2015

Fin secteur de contenu



http://www.bag.admin.ch/themen/strahlung/00057/index.html?lang=fr