Début secteur de contenu



Zika (virus)

Depuis le mois de mai 2015, le virus Zika s’est propagé de manière spectaculaire en Amérique du Sud, centrale et dans les îles des Caraïbes. L’infection est bénigne dans la majorité des cas, mais cause parfois des complications neurologiques graves telles que la microcéphalie ou le Syndrome de Guillain-Barré (SGB). A cause de l’augmentation de l’incidence de ces complications au Brésil depuis octobre 2015, l’OMS a déclaré une urgence de santé publique le 1er février 2016.

Au Brésil, 1616 cas de microcéphalie ont été confirmés entre octobre 2015 et juin 2016 alors qu'entre 2001 et 2014, 163 cas de microcéphalies en moyenne étaient déclarés par année au niveau national. En huit mois, le nombre de cas de microcéphalie a décuplé en comparaison à la moyenne annuelle. D'autres pays (p.ex. Colombie, le Cap Vert, la Martinique, etc.) ont également observé une augmentation de l'incidence de cas de microcéphalie suite à une épidémie de Zika. Selon deux études préliminaires, le risque de microcéphalie chez le bébé d'une femme enceinte infectée par le virus Zika varie de 1% à 29%.

Dans 60-80% des cas, l'infection est asymptomatique. Dans les 20-40% restants, elle peut se manifester par une multitude de symptômes cliniques différents (rash, maux de tête, fièvre modérée (<38.5°C), arthrite et douleurs articulaires, conjonctivite, fatigue, douleurs musculaires ou symptômes gastro-intestinaux) qui disparaissent généralement d'eux-mêmes dans les quatre à sept jours. Comme il n'existe pas de médicaments spécifiques, le traitement de la maladie est exclusivement symptomatique.

Le virus Zika se transmet principalement par une piqûre de moustique infecté du genre Aedes (principalement Aedes aegypti, mais Aedes albopictus est aussi compétent). Le virus se transmet également par voie sexuelle (ce mode de transmission reste rare) et de la femme enceinte au fœtus. Bien que le virus Zika ait été détecté dans le lait maternel et la salive, rien ne prouve à ce jour qu'il soit transmis par ces fluides corporels. Une transmission lors de transfusion sanguine est possible en théorie mais n'a pas été documentée à ce jour.

Retour à vue d'ensemble Maladies infectieuses (A-Z)

Contact spécialisé: epi@bag.admin.ch
Dernière mise à jour le: 16.08.2016

Fin secteur de contenu



http://www.bag.admin.ch/themen/medizin/00682/00684/15931/index.html?lang=fr